Nicolas Colsaerts 7e du British Open

Rédaction en ligne

dimanche 22 juillet 2012, 22:16

Le Sud-Africain Ernie Els a remporté le British Open de golf. Grâce à un 4e tour de feu (65), Nicolas Colsaerts est remonté de la 54e à la 7e place, son meilleur résultat en Grand Chelem.

Nicolas Colsaerts 7e du British Open

Nicolas Colsaerts © AFP

Nicolas colsaerts a terminé 7e du British Open, 3e des quatre Majors de golf, dimanche sur le parcours du Royal Lytham and St-Annes, en Angleterre. La victoire est revenue au Sud-Africain Ernie Els, qui termine avec un total de 273 (-7).

Tout avait bien commencé pour Nicolas Colsaerts, 2e à l'issue du 1er tour bouclé en 65 coups. Le Bruxellois de 29 ans avait connu une mauvaise journée vendredi (77), avant de retrouver la confiance en fin de parcours samedi (72).

Colsaerts figurait en 54e position au moment d'entamer le 4e tour.

Il a terminé le British Open comme il l'avait entamé : en rendant une carte de 65, 5 sous le par. Soit le meilleur résultat du jour, qui lui a permis de prendre la 7e place du classement final, son meilleur résultat en Grand Chelem.

Le double retour d'Ernie Els

Ernie Els a réussi un double retour, sur l'Australien Adam Scott dans les tout derniers trous et au premier plan du golf mondial, pour remporter l'Open britannique dix ans après son dernier succès dans un tournoi du Grand Chelem, dimanche à Lytham.

Distancé de six coups en début de journée, et encore de quatre à autant de trous de la fin, le golfeur de 42 ans a mis la pression sur son adversaire, de dix ans son cadet, en réussissant 4 birdies lors des neuf derniers trous pour terminer en 68, soit deux sous le par.

L'Australien s'est totalement effondré et a fini par 4 bogeys.

La victoire s'est joué sur 2 putts sur le dernier green. Els y a d'abord signé un birdie qui allait s'avérer décisif grâce à un putt d'environ cinq mètres. Quelques minutes plus tard, Scott a définitivement craqué en manquant le sien pourtant plus court, pour le par, de quelques centimètres.

Le joueur d'Adelaïde avait ainsi gâché un tournoi jusque-là exemplaire, durant lequel il avait occupé la tête pendant 54 trous sur 72. Personne n'aurait imaginé qu'il puisse laisser filer la victoire après son birdie au trou nº14 qui lui donnait une marge de quatre coups.

« Le nº 16 m'a fait très mal », a déclaré le battu, qui y a concédé un bogey pour avoir manqué un putt très court, d'à peine un mètre.

Conditions de jeu difficiles

Encore en lice pour la victoire après trois journées, Tiger Woods n'a jamais été menaçant. En quête d'un quinzième titre du Grand Chelem, l'Américain a dû se contenter de la troisième place à quatre coups avec une dernière carte de 73, à égalité avec son compatriote Brandt Snedeker (74).

Ernie Els, joueur majeur jusqu'au début des années 2000, vainqueur de l'US Open en 1994 et 1997 et de l'Open britannique en 2002, avait disparu du devant de la scène ces dernières années et n'avait même pas franchi le cut des deux dernières éditions du « British Open ».

Dimanche, il s'est beaucoup mieux adapté aux conditions de jeu beaucoup plus difficiles que les jours précédents à cause du vent fort qui s'était mis à souffler sur la côte ouest de l'Angleterre.

Il a su éviter les bunkers aux parois abruptes dans lesquels se sont précipités ses adversaires, en particulier Woods, auteur d'un triple bogey fatal – une première pour lui dans un « Major » depuis 2003 – au septième trou.

Woods devra attendre

L'Américain, sans titre du Grand Chelem depuis quatre ans, devra attendre pour se rapprocher du record de Jack Nicklaus (18) et le golf pour se trouver un nouveau patron. Les seize derniers tournois majeurs ont en effet été gagnés par seize joueurs différents.

« Beaucoup de gens pensaient que je n'arriverais plus à en gagner un autre. Mais j'ai commencé à y croire de nouveau cette année », a expliqué Els, qui avait disputé 36 tournois du Grand Chelem sans en gagner un seul depuis son dernier succès à l'Open britannique il y a dix ans, sur le parcours de Muirfield.

(D'après AFP et Belga).