Basket : Charleroi trop fort pour Mons

STEPHANE DRUART

mercredi 25 avril 2012, 23:01

Division 1 (31e journée) Les Montois n'avaient quasi rien à opposer aux Spirous (62-89). Ostende décroche par rapport à Charleroi et Anvers après sa défaite à Alost

Basket : Charleroi trop fort pour Mons

Alex Libert (Mons) et Demond Mallet (Charleroi) © Belga

Le coach de Mons a beau répéter que les trois premiers sont au-dessus du lot et que son vestiaire, abandonné par deux cadres, recèle des secrets à la source d'une saison gâchée, cela ne justifie pas la pauvreté du jeu montois. Une parodie de basket, pour le dire crûment. Tout au plus, la défense permet d'atténuer l'absence de collectif offensif après… 8 mois.

Division 1

31e journée

Alost - Ostende 85-71

Louvain - Liège 74-76

Anvers - Gand 71-68

Mons-Hainaut - Charleroi 62-89

Bye : Verviers-Pepinster.

Alors, bien sûr, la confiance et la conviction se sont érodées au fil des désillusions. En plus, Cage, le baromètre, était malade, et Foster s'est blessé au genou au quart d'heure. Mais de là à ne proposer que maladresses, mauvaises décisions et aucune circulation, il y a une marge. Et donc des responsabilités à assumer, dans le recrutement en particulier.

C'est sévère. Mais comment juger autrement une première mi-temps où Charleroi s'est baladé sans être inquiété ? Les Spirous, eux aussi coupables de 10 pertes de balle et autres approximations, menaient 26-40 par leur talent. Certes leur défense est soudée et Shengelia retrouve son abattage. Mais un seul rideau suffit à dissuader toute incursion tant Mons joue à l'envers, au figuré ou au propre, tournant souvent le dos à cet anneau effrayant 67 % de ses tentatives. Il a donc suffi aux Carolos d'appuyer à trois reprises (6-11, 11-22, 17-33) pour filer à 26-40 à la pause.

Le seul rebondissement envisageable dépendait de Charleroi et de sa propension, récente, à subir le rythme. Et puis il y a Riddick, toujours aussi prompt à sortir de ses gonds (4e faute sur une technique à 31-41) sans bonnes raisons. Mais, finalement, heureusement, car ce brutal arrêt carolo, couplé au réveil de Nivins, offrit un match à 40-43 (25e) ! Enfin, n'exagérons rien… Cinq minutes plus tard, une intervention du coach Bozzi avait ramené l'écart à sa juste proportion : 46-62 à la demi-heure. Rideau. Charleroi ayant trouvé la bonne carburation, ce fut le seul moment intéressant de ce tout petit derby hennuyer.