Basket : Ostende premier finaliste des playoffs

STEPHANE DRUART

mercredi 23 mai 2012, 22:51

Playoffs (demi-finales au meilleur des 3 matchs) Le champion de la saison régulière n'a pas dû forcer son talent dans la salle de Mons (78-85) et s'octroie 4 jours avant d'accueillir Charleroi ou Anvers. Par Stéphane Druart

Basket : Ostende premier finaliste des playoffs

Christopher Booker (Ostende) et Sébastien Bellin (Mons) © Belga

Ostende s'est qualifié sans frémir. En playoffs, un match est rarement l'autre. Mais leur succession incite à la comparaison. Et à Mons le contraste avec l'intensité qui a permis à Charleroi de s'imposer mardi à Anvers était criant. Les deux équipes donnèrent l'impression d'alterner gentiment les paniers durant une mi-temps, d'ailleurs équilibrée : 45-42.

Playoffs

Quarts de finale

Alost - Mons 72-77

Mons - Alost 86-74 (2-0)

Charleroi - Louvain 76-68

Louvain - Charleroi 88-73

Charleroi - Louvain 89-68 (2-1)

Demi-finales

Ostende - Mons 92-67 (1-0)

Anvers - Charleroi 65-72 (0-1)

Mons - Ostende 78-85 (0-2)

Charleroi - Anvers jeu. 20 h 30

Belle éventuelle

Anvers - Charleroi sam. 20 h 30

Ce faux rythme, le coach hennuyer en a fait une spécialité. Et les Ostendais succombaient à la somnolence. Van den Spiegel avait demandé son remplacement après 2 minutes, se ressentant de sa fracture de stress au pied. Wright avait commis 3 fautes en 8 minutes, avouant sa nonchalance. Et Djordevic ne semblait pas gêné que Buycks soit beaucoup plus percutant. Comme si Ostende attendait un relâchement montois pour durcir le ton !

Mais Mons a gagné face à Alost la confiance pour le porter à domicile. Ses 57 % de réussite témoignaient de son aisance, soutenue par une circulation fluide et une sélection de tirs sous-pesée. Car si la défense côtière manquait de dureté, autorisant Taylor (14 pts) ou Slaughter (10) à s'y contorsionner, toute approximation était punie en transition. Mais comme Mons continuait à jouer juste, son avance de 8 unités notée dès 19-11 lui permit de mener toute la première mi-temps : 23-22, 29-24 ou 35-30. Le coach ostendais contentait ses… 11 rotations quasi équivalentes. Mais quand on connaît son culte de la défense, il est clair que Gjergja allait secouer son vestiaire.

Ostende, supérieur, ne voulait pas d'une belle. Mais il prenait un risque en gérant son énergie. Car si sa volonté d'accélérer devenait palpable (48-50, 56-58) et que Winston aérait le jeu depuis le périmètre avec classe, les intérieurs côtiers, eux, sont longtemps restés en deçà. Ce qui laissait une chance à Mons à la demi-heure (58-62), malgré l'ascendant évident de son hôte, détaché à 61-67 deux tirs primés de Lojeski plus tard.

Restait à savoir si Ostende est bien animé de cet instinct sanguin essentiel à un champion… Il ne mordit pas à pleines dents dans la petite chance que Mons n'avait pas su saisir, mais il s'offrit quand même, sans trembler, 4 jours de préparation en attendant Charleroi ou Anvers en finale.