Ostende, champion de Belgique pour la 13e fois

G. M.

samedi 09 juin 2012, 07:37

Playoffs (finale au meilleur des 5 matchs) Ostende est devenu champion de Belgique après sa victoire 75-74 après prolongation (70-70 après le temps réglementaire) sur Charleroi qui a eu 2 occasions de conclure cette fantastique série. Par Guy Milecan

Ostende, champion de Belgique pour la 13e fois

Veselin Petrovic et Dwight Buyck © Belga

Le scénario de la première mi-temps a failli s'écrire en lettres recouvertes de feuilles d'or pour des Spirous soucieux de maîtriser le rythme de cette manche décisive. Jusqu'à la 17e minute, ils ont tenu le lapin artificiel qui faisaient courir les lévriers ostendais derrière le score : 4-7, 11-16 au quart-temps, 17-22 et une dernière fois à 27-28. Mallet avait été impérial au gouvernail, malgré les mines nommées Serron, Djordjevic et Buycks posées sous ses pieds, mais le seigneur des anneaux répondait au nom de Shengelia (11 pts), trop déroutant pour les tours d'en face. Mais si Wright (6 pts à 8-13) avait dû s'éclipser après 7 mn pour calmer le feu des fautes et si les ailiers Lojeski et Winston s'empêtraient souvent dans les tentacules d'Hamilton, l'étincelle ostendaise jaillit des mains râpées du vétéran Petrovic, auteur de deux 3 pts et d'autant de lancers francs : 29-28 et 34-30 au changement de côté.

Playoffs (match 5)

Ostende - Charleroi 75-74

(ap prol.) ( 70-70)

Ostende : 6 sur 20 à 3 pts ; 16 sur 42 à 2 pts ; 25 lf sur 27 ; 38 rbs ; 13 ass ; 19 fautes – SERRON 2-3, Buycks 2-0, Lauwers, Lojeski 5-10-3, Petrovic 8-0, WINSTON 3-9-2, BOOKER 0-7, WRIGHT 6-5, DJORDJEVIC 3-2, Drobnjak 5-0.

Charleroi : 9 sur 24 à 3 pts ; 18 sur 43 à 2 pts ; 11 lf sur 17 ; 35 rbs ; 12 ass ; 26 F – Hill 2-8-2, Welsh 0-1, BROYLES 5-2, HAMILTON 0-3, Green 3-7, Riddick 2-0, MALLET 7-12, BEGHIN 0-6, SHENGELIA 11-1-2.

Quarts :

La parité revint vite : 38-38 sur un tir primé d'Hamilton. Puis s'égara, comme Hélène : 44-41. Mais réapparut (44-44), sur un 3 pts de Mallet cette fois. Et prit soudain la poudre d'escampette en faveur de Spirous précis à distance : 44-52, écart maximal. Mais l'intensité du débat, à son paroxysme depuis belle lurette, provoquait du déchet et Winston, Serron (épatant) et Booker égalisèrent à nouveau : 54-54.

Toujours au coude à coude pour entamer les dix dernières minutes de la saison, les plus flamboyants candidats au titre de l'histoire des playoffs semblaient aimantés : 57-57 et 61-61 avec un Winston libéré du marquage contraignant de Hamilton, sur le banc avec 4 fautes en guise de boulet au pied.

Les 5000 privilégiés de la Sleuyter arena s'étranglaient d'émotion tandis que Hamilton revenait couper l'interrupteur Winston et que Shengelia, touché au coude gauche et épargné, relayait Green perclus de fautes. Ce coup-là, Charleroi parvenait à rester devant grâce à un Hill audacieux : 61-65, 63-68 et 68-70.

Mais Lojeski sait concrétiser des lancers et il égalisa pour la énième fois : 70-70 à 27 secondes du terme du match, de la saison même. Possession carolo, mais Hill rata le tir du titre : prolongation ! Ebouriffante, faut-il le préciser ?

Charleroi eut la main jusqu'à 72-74, mais un 3 pts du diable vauvert de Lojeski ruina une dernière chance que Hamilton, 0 sur 2 aux lancers, ne saisit plus à 8 secondes de la sirène. Ostendaise, évidemment…

11-16, 23-14, 20-24, 16-16, 5-4.