Dopage : Armstrong réfute les accusations de l’Usada

Rédaction en ligne

samedi 23 juin 2012, 14:01

Le septuple vainqueur du Tour de France, a formellement demandé à l’Agence américaine antidopage (Usada) d’abandonner la procédure entamée contre lui, faute de preuve.

Dopage : Armstrong réfute les accusations de l’Usada

Lance Armstrong © AP

« L’Usada n’a donné aucune preuve pour étayer ses allégations fallacieuses », écrit Robert Luskin, l’avocat de Lance Arsmtrong, dans un courrier de 18 pages que le quotidien The Washington Post a publié vendredi. « L’Usada doit fournir la preuve sur laquelle repose sa lettre du 12 juin (accusant Armstrong) ou le comité d’experts doit simplement recommander que l’affaire soit classée pour manque de preuve. »

L’Usada avait la semaine passée engagé une procédure contre l’Américain de 40 ans, qu’elle accuse de s’être dopé dès 1996 et jusqu’à 2011, ce qui pourrait lui faire perdre ses 7 victoires dans le Tour de France.

Le coureur et cinq anciens collaborateurs, dont son ancien directeur sportif Johan Bruyneel et son préparateur italien Michele Ferrari, avaient été avisés par écrit de « la première étape d’une procédure légale qui en compte plusieurs pour violations présumées des règles antidopage en sport. »

Le dossier doit maintenant être examiné par un comité d’experts indépendants (« anti-doping review board ») de 4 membres, qui ne procédera pas à des auditions et décidera s’il y a assez d’éléments pour continuer la procédure. C’est à ce comité d’experts qu’Armstrong demande l’abandon des charges.

Infraction à la loi fédérale ?

Les avocats de l’ancien cycliste reprochent notamment à l’Usada de ne pas leur avoir transmis les preuves.

« Permettre à l’Usada de poursuivre la procédure sans partager ses preuves est en contradiction non seulement avec le protocole mais aussi avec notre conception commune de la justice », indique Luskin dans la lettre.

Il dénonce aussi le fait que l’Usada emploie des « méthodes illicites » dans « son zèle de punir M. Armstrong à tout prix » et recommande au comité d’experts de « vérifier si les officiels de l’Usada ont enfreint la loi fédérale (américaine) et le code mondial antidopage lors de sa collecte de preuves. »

Eviter d’éventuelles pressions

A ce stade de la procédure, l’Usada a dit qu’elle ne communiquerait pas ses preuves pour éviter des possible pressions sur les témoins.

L’Usada dit en effet disposer de témoignages d’anciens coéquipiers attestant qu’ « Armstrong avait eu recours au dopage à l’EPO, aux transfusions sanguines, à la testostérone, et à la cortisone d’une période allant d’avant 1998 jusqu’à 2005, et qu’il avait auparavant utilisé de l’EPO, de la testostérone et de l’hormone de croissance en 1996. »

Floyd Landis et Tyler Hamilton ont accusé publiquement de dopage leur ancien leader chez US Postal à l’occasion de leurs aveux d’anciens dopés.

L’Agence avance aussi que le Laboratoire antidopage de Lausanne avait suspecté la présence d’EPO dans un échantillon urinaire d’Armstrong lors du Tour de Suisse 2001. Un contrôle qui aurait été étouffé, comme ont déjà publiquement indiqué Landis et Hamilton, respectivement en 2010 et 2011.

L’Usada s’appuie également sur les échantillons sanguins de l’Américain collectés en 2009 et 2010, l’année de son bref retour après 4 ans de retraite, « parfaitement compatibles avec des manipulations sanguines incluant l’usage d’EPO et/ou de transfusions sanguines. »

Malgré les nombreuses accusations qui ont émaillé sa carrière, le Texan n’a jamais été contrôlé positif et a toujours nié s’être dopé.

En attendant l’issue de la procédure de l’Usada, Armstrong, retraité des pelotons, est suspendu à titre provisoire du circuit des triathlons Ironman et ne pourra pas prendre part à celui de Nice (dimanche.

(D’après AFP.)