Clous sur le Tour : les enquêteurs examinent les images TV

Rédaction en ligne

lundi 16 juillet 2012, 16:07

Les enquêteurs ont demandé les images TV et les vidéos amateurs pour retrouver les auteurs de jets de clous, coupables d'une avalanche de crevaison, lors de la 14e étape du Tour.

Clous sur le Tour : les enquêteurs examinent les images TV

©afp

Les enquêteurs examinent les images TV et les vidéos amateurs de la 14e étape du Tour de France cycliste Limoux-Foix pour débusquer les auteurs de jets de clous ayant provoqué dimanche dans l'Ariège une avalanche de crevaisons et de chutes, selon une source proche de l'enquête.

Le parquet de Foix (Ariège) a ouvert dimanche une enquête et lundi matin, les gendarmes de la section de recherches de Midi-Pyrénées et de la brigade de Saint-Girons ont rencontré la direction du Tour de France pour se faire remettre des enregistrements.

Peu de chances de retrouver des empreintes sur les clous

Les enquêteurs ont également saisi les clous de tapissier retrouvés sur la route mais, passés de mains en mains, il est peu probable que des empreintes exploitables y soient prélevées, selon un gendarme.

La vice-procureure de Foix, Marilyn Blanc, a précisé que l'enquête devait déterminer si les clous avaient été placés « à un seul ou à plusieurs endroits » du parcours. Elle note que les crevaisons sont survenues dans la montée du Mur de Péguère, dans les Pyrénées ariégeoises, et dans la descente vers Foix.

Plusieurs coureurs interrogés

Les gendarmes ont également pris, selon Mme Blanc, la déposition de plusieurs coureurs victimes des clous de tapissier placés sur la chaussée de la route de montagne menant au col de Péguère, la principale difficulté de la 14e étape Limoux-Foix.

Selon la direction de la course, 61 crevaisons (dont 33 pour les coureurs) ont été constatées sur la course proprement dite, auxquelles s'ajoutent celles qui ont touché d'autres véhicules (suiveurs, médias, etc).

Astana porte plainte

Un coureur, le Croate Robert Kiserlovski, a été une victime indirecte de ces agissements. Alors qu'il changeait de trajectoire pour donner sa roue à son chef de file de l'équipe Astana (Janez Brajkovic), lui-même arrêté par une crevaison, Kiserlovski a été percuté par l'Américain Levi Leipheimer et tous deux sont tombés. Le Croate, touché à une épaule (fracture de la clavicule), a dû abandonner.

La formation cycliste Astana a décidé de porter plainte contre X auprès de la police française, à la suite de cet incident. « Nous perdons un coureur à cause de quelques inconscients qui ont jeté des clous. Nous n'allons pas en rester là et portons plainte à la police française. A cause de cette action stupide, Robert Kiserlovski doit quitter le Tour avec une fracture de la clavicule. Il peut s'attendre à une longue période d'inactivité. La direction de l'équipe a donc décidé d'entreprendre quelque chose », a déclaré Guido Bontempi, directeur sportif d'Astana.

L'équipe de Cadel Evans furieuse

La crevaison la plus spectaculaire a touché l'Australien Cadel Evans, le vainqueur du Tour 2011 qui a été retardé à trois reprises en l'espace de quelques kilomètres.

Son directeur sportif dans l'équipe BMC, John Lelangue n'avait pas mâché ses mots à l'issue de l'étape. « C'est plus que criminel. Les coureurs prennent déjà assez de risques dans les descentes, ils sont à la limite, à 70-80 km/h », avait-il souligné en exposant à la presse les clous de tapissier qu'il a retrouvés dans les pneus de sa voiture. « Le Tour de France, c'est une fête, un spectacle public ouvert à tous. C'est du hooliganisme, c'est criminel », avait-il insisté, mais sans déposer de plainte, puisque la direction du Tour de France a porté plainte contre X auprès de la Gendarmerie contre ces « actes irresponsables et dangereux qui constituent une atteinte à l'intégrité physique des coureurs et au bon déroulement sportif de l'épreuve ».

d'après afp