Kompany critique la cohérence de l’UEFA

BASTIEN DOYEN

mardi 19 juin 2012, 22:39

Sur le réseau social Twitter, Vincent Kompany a vivement critiqué la décision de l’UEFA d’infliger une amende plus sévère à un joueur danois pour un caleçon sponsorisé que pour les propos racistes de fans croates.

Kompany critique la cohérence de l’UEFA

Dans le courant de l’après-midi, la commission disciplinaire de l’UEFA a décidé d’infliger une amende de 80 000€ à Croatie suite aux comportements de ses supporters qui ont allumé des fumigènes et été les auteurs de propos racistes à l’encontre du joueur italien, Mario Balotelli.

Une décision vivement critiquée par Vincent Kompany qui, sur le réseau social Twitter, ne comprend pas la cohérence de l’instance européenne du football après que celle-ci ait sanctionné l’attaquant danois, Nicklas Bendtner, d’une amende s’élevant à 100 000€ et d’un match de suspension pour avoir légèrement abaissé son short afin de montrer un logo d’une société de paris sportifs, Paddy Power, qui a annoncé qu’elle prendrait en charge le montant exigé au joueur, n’est pas un sponsor de la compétition européenne qui se déroule en Pologne et en Ukraine .

« Ne pensez-vous pas que l’UEFA devrait revoir l’ordre de ses priorités ? » a tweeté Vincent Kompany, poursuivant en estimant qu’un sponsor de la compétition préférerait logiquement des faits de racisme soient plus sévèrement sanctionnés que « des dommages causés par opportunisme commercial ».

« M. Platini est souvent maladroit dans ses remarques, et que dire à propos de Mr. Blatter ? Cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas capables de faire du bon travail, mais j’ai l’impression qu’ils ont une attitude condescendante inutile envers quiconque émettant de réelles inquiétudes concernant le jeu. C’est la question autour de la technologie sur la ligne de but, leurs déclarations sur le racisme ou le fair-play financier qui fondent mon opinion », a conclu le défenseur belge de Manchester City. Rio Ferdinand, qui évolue à Manchester United, a abondé dans le même sens.