Dakar : Despres et Peterhansel prennent de l’air

Rédaction en ligne

jeudi 12 janvier 2012, 23:32

11e étape Cyril Despres (KTM) en moto et Stéphane Peterhansel (Mini) en auto ont grappillant quelques minutes chacun sur leurs coéquipiers et rivaux espagnols respectifs, Marc Coma et Nani Roma.

Dakar : Despres et Peterhansel prennent de l’air

AFP

Le rallye, qui a fait son entrée pour la première fois de son histoire au Pérou, se résume désormais à deux duels fratricides franco-espagnols. Et si l’Américain Robby Gordon au volant de son Hummer pouvait encore espérer jouer les trouble-fête jeudi matin, des ennuis mécaniques sont venus contrarier ses plans, à trois étapes de l’arrivée sur la place des Armes à Lima.

Du coup, les occupants de la 3e marche du podium n’ont jamais regardé d’aussi loin les deux duos de tête. En auto, le Sud-Africain Giniel de Villiers sur son pick-up Toyota est relégué à 1 h 11 minutes et en moto le Portugais Helder Rodrigues (Yamaha) pointe à 1 h 08 minutes. Un gouffre.

Des deux Français, Peterhansel est dans la situation la plus confortable pour remporter son 10e Dakar -son premier en Amérique du Sud- après avoir déjà triomphé six fois à moto et trois fois en auto. Sa Mini, qui a repris plus de trois minutes à Roma jeudi, compte désormais 22 minutes 49 sec d’avance sur l’Espagnol.

Le Portugais Ricardo Leal Dos Santos a parachevé le triomphe Mini jeudi en prenant une belle 3e place, à moins de neuf minutes du Français.

En revanche, l’étape a viré au cauchemar pour Gordon, encore 3e au départ des 598 km du parcours du jour. L’Américain, déjà sous la menace d’un déclassement après que la bride de son moteur a été la veille déclarée non conforme, a dû s’arrêter lors de la liaison entre les deux tronçons de la spéciale, qui comptait 478 km au total.

Résultat, il s’est élancé très en retard dans la seconde partie du chrono, perdant au final 1 h 50 min sur la tête. Deux jours après l’abandon de Nasser Al-Attiyah, le vainqueur 2011 en auto, les Hummer estampillés Gordon ont confirmé leur manque de fiabilité.

Stratégie payante

Chez les motos Despres peut sourire sans pour autant souffler. Avec 21 secondes d’avance seulement jeudi matin sur Coma, le faux pas était interdit lors des 538 km de spéciale.

Mais la stratégie du Français s’est révélée payante : parti deux minutes après son rival, vainqueur mercredi, il l’a d’abord rattrapé puis suivi, sans prendre de risque.

Rompant la monotonie du duel Despres/Coma, l’Espagnol Gérard Farres Guell -encore sur KTM- s’est intercalé, à 1 minutes 39 sec du Français, vainqueur de sa 30e étape sur un Dakar, la 4e cette année.

L’étonnant Français Johnny Aubert – sur… KTM ! – a réalisé une belle performance pour son premier Dakar, en prenant la 4e place.

Avec 2 minutes 22 secondes d’avance au général, le matelas de Despres est désormais plus douillet. Il ne pourra cependant pas dormir tout à fait tranquille jeudi soir au bivouac, où les motards ont été isolés et privés d’assistance technique pour pimenter l’épreuve.

Car vendredi, une grande étape de dunes est au programme. Le Français ouvrira la route, suivi à deux minutes de Guell.

Coma partira, lui, en 3e position, avec deux pilotes dans son viseur : l’occasion est belle de reprendre quatre minutes d’un coup et de revenir dans la roue de Despres pour lui ravir les commandes du général. Et poursuivre ainsi le chassé-croisé haletant entre les deux meilleurs ennemis KTM, chacun vainqueur de trois Dakar.

(afp)