Djokovic élimine Federer en trois sets

Rédaction en ligne

vendredi 08 juin 2012, 17:02

Novak Djokovic, N.1 mondial, affrontait le Suisse Roger Federer (N.3) pour une place en finale contre Rafael Nafal. Il a éliminé le Suisse en trois sets: 6-4, 7-5, 6-3.

Djokovic élimine Federer en trois sets

AFP

Le Serbe Novak Djokovic s'est qualifié pour sa première finale de Roland-Garros en battant le Suisse Roger Federer en trois sets 6-4, 7-5, 6-3 vendredi. Le N.1 mondial, tenant du titre à Wimbledon, l'US Open et l'Open d'Australie, retrouvera dimanche l'Espagnol Rafael Nadal pour devenir le troisième joueur de l'histoire, après Donald Budge en 1938 et Rod Laver en 1962 et 1969, à remporter les quatre tournois du Grand Chelem à la suite.

Ce sera la quatrième finale du Grand Chelem de suite entre les hommes. Djokovic a gagné les trois premières mais sur terre battue c'est Nadal, impitoyable vendredi avec David Ferrer (6-2, 6-2, 6-1), qui partira favori. Ce sera une affiche historique car l'Espagnol sera, lui, en lice pour battre le record de victoires à Paris avec un septième titre. Djokovic, qui avait perdu ses trois premières demi-finales à Paris, a pris sa revanche sur Federer qui l'avait dominé l'an dernier au terme d'un match génial.

Vendredi, le sommet attendu a accouché d'une souris dans des conditions de jeu difficiles avec beaucoup de vent et de la pluie qui a retardé le début du match d'une quarantaine de minutes. Pour Federer, qui visait une sixième finale à Paris, ça a été le match des occasions perdues. Le N.3 mondial a eu le break dans chacune des deux premières manches et même trois balles de double break pour mener 5-2 dans la deuxième. Il a aussi servi pour égaliser à un set partout. Mais à chaque fois il s'est sabordé par un nombre impressionnant de fautes directes (46 au final).

Brillant par moments, le Suisse a gâché ses éclairs par des bourdes indignes de son statut, suscitant même quelques sifflets dans le public. Il a fini par se désintégrer dans la troisième manche face à un Djokovic sans génie mais beaucoup plus stable.