Tennis Belge

Germain Gigounon

Âge
24 ans
Date de naissance
20/04/1989
Pays
BELGIQUE
Poids
- kg
Taille
-
Sexe
M
Résidence
-
Prise de raquette
droitier, revers à une main
Club
Vautour T.C.
Coach
Yannis Demeroutis
Classement actuel
346
Meilleur classement en simple
346 (2012-07-23)
Meilleur classement en double
475 (2012-07-09)
Num fédé
-
Surface(s) préférée(s)
-
Titre(s)
Future double(5) Future(2)

Ses résultats récents >> voir tous les résultats

16/09/2013

CHALLENGER | Kenitra (Prize money : )

Blaz Rola (SI, 208)76---
Germain Gigounon (255)50---     Q1
09/09/2013

CHALLENGER | Meknès (Prize money : 30.000)

Laurent Lokoli (FR, 564)66---
Germain Gigounon (255)13---     2T
09/09/2013

CHALLENGER | Meknès (Prize money : 30.000)

Germain Gigounon (255)666--
Arthur De Greef (286)472--     1T

Biographie

Résultats marquants chez les espoirs :

En 2003, Germain se distingue plutôt grâce à ses résultats en double, associé à son compère Frédéric de Fays. Ils atteignent, en effet, coup sur coup les finales des tournois de Telford (cat.1) et des Petits As (cat. 1), se heurtant à chaque fois à la domination américaine de la paire Young / Rosenberg.
Début mars, il permet à la Belgique de remporter la European Winter Cup, championnat européen par équipes, toujours en association avec de Fays, Jeremy Swyngedouw jouant également son rôle dans la victoire. En avril, associé à Jeremy Swyngedouw, il se hisse en finale à la Coppa "Carlo Stagno D'Alcontres" de Messine (ETA14 - cat. 2).

En 2004, Germain réussit à se hisser en demi-finale du tournoi de double de Chambon-sur-Lignon (ETA16 - France - cat. 2).

En juillet 2006, Germain s'associe à Yannik Reuter pour remporter les tournois de Bruxelles (ITF - Belgique - Grade 5) et d'Almere (ITF - Pays-Bas - Grade 4).

Début 2007, Germain remporte son premier titre en simple à Radenci (ITF - Slovénie - Grade 4) où il se hisse également en finale du double. Il confirme ce résultat fin février en ne rendant les armes qu'en demi-finale à Almere (ITF - Pays-Bas - Grade 4). Début mars, c'est un quart de finale qui l'attend à Nuremberg (ITF - Allemagne - Grade 4). Une semaine plus tard, il confirme son état de forme en atteignat un nouveau quart de finale à Esch/Alzette (ITF - Luxembourg - Grade 2) où il dispute la finale du double. Germain poursuit son parcours en Tunisie où il atteint les quarts de finale à Sfax (ITF - Grade 3) et remporte le titre à Monastir (ITF- Grade 3), tant en simple qu'en double, associé à Yannik Reuter. De retour en Europe, il signe un quart de finale à Istres (ITF - France - Grade 2). Début juin, il crée l'exploit en remportant le tournoi de l'Astrid Bowl (ITF - Belgique - Grade 1). En juillet, il sort des qualifications et se hisse dans la foulée en quart de finale à Roehampton (ITF - Grande-Bretagne - Grade 1). Il atteint également les quarts de finale à Wels (ITF - Autriche - Grade 1).

Sa carrière chez les pros :

Germain dispute son premier tournoi pro en 2006, au challenger de Mons. Il s’y incline dès son entrée en lice dans les qualifications.

L’année suivante, Germain se consacre au circuit junior jusqu’en septembre. A partir de ce moment-là, il va enchaîner les tournois futures et une participation au challenger de Mons où il échoue au deuxième tour de qualifications. En future, il parvient deux fois à se hisser dans le tableau final, à Saint-Dizier, en tant que lucky-loser, et à la Roche/Yon. Malheureusement, il ne réussit pas à arracher son premier point ATP. Il termine sa saison avec trois défaites en qualifications.

En 2008, il faut attendre le 6e essai de Germain pour le voir atteindre un tableau final, à Angers.  Un mois plus tard, il passe la vitesse supérieure à l’occasion d’une série de Futures en Bulgarie. S’il s’incline dans les qualifications du premier, à Sofia, il atteint cependant la finale du double aux côtés de Frédéric de Fays. Lors de la 2e étape, il sort des qualifications et franchit le premier, ce qui lui permet d’obtenir son premier classement. La semaine suivante, il se qualifie à nouveau mais échoue au premier tour. La dernière étape lui permet cependant d’aller chercher un nouveau point ATP en atteignant le deuxième tour après s’être extirpé des qualifications. Début juin, Germain se hisse en quart de finale à Sousse, où il dispute également la finale du double. Son été est ponctué de quelques beaux résultats, dont principalement sa finale à Kefalonia, sa demi à Uccle et son quart à Eupen. Sa fin de saison est plus poussive avec plusieurs éliminations assez précoces mais il termine néanmoins sur une bonne note avec une demi-finale à Saint-Domingue.

Germain débute 2009 avec deux éliminations en qualification. Début mars, il se hisse en quart de finale à Gatineau où il remporte le double associé à Frédéric de Fays. Après une défaite au deuxième tour la semaine suivante, il se glisse dans le dernier carré à Sheerbrooke. Ce sera là son meilleur résultat de la saison car il n'atteint plus qu'un quart de finale à Damas, en juillet, où il est obligé de jeter l'éponge. Après cette blessure, il ne joue plus que deux tournois, à Eupen et Coxyde, sans grand résultat puisqu'il s'incline respectivement au deuxième et au premier tour.

L'entame de la saison 2010 n'est pas réjouissante pour Germain. Il doit attendre son 7e tournoi, à la mi-mars, pour enfin atteindre un deuxième tour. On ne le revoit d'ailleurs plus avant l'été. A Eupen, il bénéficie d'une wild-card. Il remercie les organisateurs en se hissant dans le dernier carré. Il répète la même performance en octobre, à Antalya. Il termine sa saison en Amérique du Sud avec un quart de finale.

En 2011, Germain ne reprend le chemin des courts qu'en avril. Le succès n'est pas vraiment au rendez-vous lors de ses premiers tournois, sauf en double où il remporte le titre à Bastad. Un mois plus tard, il se hisse en quart de finale à Almere. C'est néanmoins lors de la série de Futures belges en été qu'il va se montrer le plus à son avantage. Il remporte en effet l'épreuve de Coxyde et atteint le dernier carré à Havré, Eupen (où il triomphe en double) et Jupille. En septembre il remporte un nouveau titre, à Umag puis atteint un quart et une demi au Chili.