Tennis Belge

Dominique Monami

Âge
40 ans
Date de naissance
31/05/1973
Pays
BELGIQUE
Poids
55 kg
Taille
1m70
Sexe
F
Résidence
Verviers
Prise de raquette
droitière, revers à deux mains
Club
-
Coach
Bart Van Roost
Classement actuel
-
Meilleur classement en simple
- ( - )
Meilleur classement en double
- ( - )
Num fédé
-
Surface(s) préférée(s)
Dur
Titre(s)
-

Ses résultats récents >> voir tous les résultats

22/06/1998

GRAND-CHELEM | Wimbledon (Prize money : )

Dominique Monami66---
Sabine Appelmans12---     3T
26/06/1995

GRAND-CHELEM | Wimbledon (Prize money : )

Nancy Feber76---
Dominique Monami50---     2T
26/08/1991

GRAND-CHELEM | US Open (Prize money : )

Dominique Monami76---
Ann Devries52---     Q1

Biographie

Sa carrière en bref :

Dominique Van Roost réussit un de ses premiers exploits en 1990 lorsqu'elle remporte 5 tournois ITF d'affilée et ce dans trois pays différents : l'Italie (2 fois Naples), la Belgique (Koksijde) et la Suisse (Burgdorf et Lyss).

L'année suivante elle joue au tournoi WTA de Linz où elle bat la tête de série numéro 6, Laura Golarsa, avant de s'incliner au deuxième tour face à Pascale Paradis. En cette année, elle va également disputer son premier match de Fed Cup, qu'elle perd face à Conchita Martinez. Le grand public entend parler d'elle pour la première fois lorqu'elle se qualifie pour l'US Open et y passe deux tours.

En 1992, Dominique réussit un excellent Open d'Australie, où elle se qualifie pour la première fois de sa carrière pour les huitième de finale. Au troisième tour, elle dispose même de Héléna Sukova, la tête de série numéro 15. Malgré ce résultat, elle doit passer par les qualifications au tournoi de Linz. Cela ne l'empêche pas d'y atteindre les quarts de finale. La suite de la saison est plus difficile avec de nombreuses défaites au premier tour. Elle termine néanmoins sur un note positive en atteignant les quarts de finale au tournoi de Bayonne. Elle conclut l'année aux portes du top 100 avec une 101è place.

En 1993, Dominique Van Roost se qualifie très souvent pour le deuxième tour mais elle parvient assez rarement à aller plus loin. Elle atteint quand même les quarts de finale du tournoi de Palerme ainsi que ceux de Sapporo. Elle termine à nouveau la saison de très belle manière puisqu'elle se qualifie pour sa première finale WTA à Montpellier. Elle bat même la numéro 1 belge, Sabine Appelmans, en demi-finale.

L'année 1994 est peut-être la plus difficile pour Dominique. Elle s'incline 12 fois au premier tour et ne fait que 2 résultats marquants cette saison, un troisième tour à Wimbledon perdu sur le score étrange de 6/0-4/6-6/0 face à la spécialiste Jana Novotna et un quart de finale en fin de saison à Taipei. Dominique termine son année en dehors du top 100, elle retombe même à la 133è place.

En 1995, Dominique Van Roost retrouve la confiance puisqu'elle ne perd que deux fois au premier tour. Elle termine à nouveau la saison en force en atteignant sa deuxième finale au tournoi de Québec. Elle s'y incline face à la Néerlandaise Schultz-McCarthy. Sa progression au classement est impressionante, elle a gagné 90 places en un an.

En 1996, Dominique remporte son tout premier tournoi WTA, à Cardiff. Elle remporte une finale 100% belge contre Laurence Courtois. Au tournoi de Rosmalen , sur herbe, elle atteint les quarts de finale après avoir éliminé Els Callens et Sabine Appelmans. Dominique participe aux Jeux olympiques d'Atlanta, mais elle tombe d'entrée sur Aranxa Sanchez et s'incline en deux manches.

La carrière de Dominque Van Roost va réellement exploser en cette année 1997. Elle ne pouvait mieux commencer sa saison puisqu'elle remporte le premier tournoi de la saison à Hobart sans perdre le moindre set. Dominique va faire rêver la Belgique lors de l'Open d'Australie où elle élimine au troisième tour Aranxa Sanchez, deuxième tête de série lors d'un match extrêmement éprouvant. En huitième de finale elle élimine encore Chanda Rubin pour disputer les quarts de finale où elle devra malheureusement abandonner face à Mary-Joe Fernandez alors qu'elle était menée 7/5-4/0. Elle dispute encore 4 quarts de finale (Cardiff, Birmingham, Rosmalen et Atlanta) avant de remporter son troisième titre à Surabaya. Habituée à d'excellente fins de saison, Dominique Van Roost enchaîne une finale à Québec, une demi-finale à Moscou et une nouvelle finale à Pattaya. Cette superbe saison lui permet d'entrer dans le top 20 mondial.

En 1998, Dominique va prouver que son accession au top 20 n'est pas usurpée. Elle commence la saison comme elle a terminée la précédente : en boulet de canon. Elle remporte ainsi le tournoi d'Auckland, sauvant au passage une balle de match lors de sa finale contre Silvia Farina. La semaine suivante, elle dispute la finale de Hobart qu'elle perd contre Patty Schnyder. Après l'Australian Open où elle a atteint le troisième tour, Dominique atteint déjà sa troisième finale de la saison à Paris. A peine deux semaines plus tard, elle est à nouveau en finale à Linz où Jana Novotna prend sa mesure. Nullement rassasiée, Dominique fait encore parler d'elle pendant la saison outdoor. Elle se hisse en effet en finale à Madrid et en quart à Birmingham. Elle fait un bon Wimbledon, ne s'inclinant qu'en huitième de finale. La fin de saison de Dominique Van Roost est,comme d'habitude, remarquable puisqu'elle dispute deux demi-finales(Filderstadt et Leipzig) et deux quarts de finale (Zürich et Québec). A Filderstadt, elle bat même coup sur coup Vénus Williams et Martina Hingis, numéro un mondiale, ce qui lui permet d'atteindre la neuvième place mondiale. Cette magnifique saison se termine en apothéose aux Masters de New-York où elle devient la première Belge à accéder aux quarts de finale. Elle obtient également le titre de Sportive belge de l'année.

En ce début de saison 1999, Dominique a énormément de points à défendre. Elle s'en tire sans dégâts puisqu'elle se hisse en finale du tournoi d'Auckland et en quart de finale de Sydney où Hingis lui barre la route. Ell parvient une deuxième fois à se qualifier pour les quarts de finale de l'Australian Open. Elle s'y incline contre une fille alors presque inconnue, Amélie Mauresmo. Elle accède encore à deux demi-finales (Paris et Moscou) ainsi qu'à 4 quarts de finale, dont un au prestigieux tournoi de Rome. Elle dispute également une finale, à Luxembourg, où elle s'incline face à une qualifiée, une certaine Kim Clijsters. Sa régularité tout au long de la saison lui permet de se qualifier à nouveau pour les Masters où elle atteint les quarts de finale.

L'année 2000 est la dernière saison de Dominque. Elle accède deux fois en finale (Eastbourne et Knokke) et cinq fois en quarts de finale. Elle réussit aussi l'exploit de sortir Lindsay Davenport au premier tour de Roland-Garros et de remettre le couvert, deux semaines plus tard, sur le gazon d'Eastbourne. Néanmoins, le véritable objectif de Dominique, ce sont les Jeux olympiques. Associée à Els Callens, elle va faire une remarquable saison de double pendant laquelle elles vont remporter le tournoi de Los Angeles, atteindre les demi-finales de l'US Open et du Masters mais aussi rapporter une médaille de bronze des Jeux olympiques. Le dernier match de Dominique est précisément un double, dans le cadre de la demi-finale de Fed Cup entre les USA et la Belgique. Elle remporte le match pour l'honneur, la Belgique ayant perdu les deux simples.