Accueil Économie Entreprises

Un jugement éclairant dans le dossier Mithra

Son ancien porte-parole, accusé de diffamation, est blanchi. Soupçonné de corruption pour avoir offert des voyages et cadeaux à des médecins, le patron de Mithra, François Fornieri, a vu une grande partie des charges abandonnées.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 3 min

Il y a quelques semaines, la chambre du conseil de Liège a estimé qu’il n’y avait pas lieu de poursuivre Eric Poskin, l’ancien porte-parole de François Fornieri, que ce dernier accusait de diffamation. Rappelant que pour sa part, le CEO de l’entreprise pharmaceutique Mithra a été soupçonné de corruption (procédure qui s’est soldée par une transaction pénale), cette même ordonnance a aussi pour vertu de séparer le bon grain de l’ivraie. En d’autres mots, parmi le flot d’accusations dont François Fornieri fut l’objet, de distinguer celles qui ont retenu l’attention du ministère public (et qui ont motivé une transaction de 40.000 euros environ, 10.000 euros à charge de Fornieri, le reste pour Mithra) de celles qui semblent infondées.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Lambert Guy, vendredi 16 juin 2017, 20:20

    Ben alors, pourquoi a-t-il payé 40 000 € en transaction pénale s'il est innocent?

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs