Accueil Monde Union européenne

Justin Trudeau: le Ceta n’est «qu’un exemple de ce que le Canada et la Belgique peuvent accomplir»

Charles Michel a rencontré Justin Trudeau au parlement d’Ottawa après 3 jours de visite au Canada.

Temps de lecture: 1 min

Charles Michel et Justin Trudeau ont mené vendredi après-midi à Ottawa une rencontre «  productive », dans un «  esprit d’amitié », a déclaré le Premier ministre canadien lors d’une conférence de presse. Les deux Premiers sont largement revenus sur le Ceta, accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.

À lire aussi Charles Michel sur le Ceta: «Avec cet accord, la Belgique reste crédible en Europe»

«  Nous sommes déterminés à travailler ensemble pour créer encore plus d’opportunités pour nos entreprises, à faire croître nos économies et à aider la classe moyenne à prospérer et à réussir », a ajouté Justin Trudeau. Selon lui, le Ceta est un accord «  ambitieux et progressiste, qui réduira les barrières », et permettra aux entreprises canadiennes d’avoir accès à «  l’un des plus importants marchés du monde ». Le Ceta n’est en outre «  qu’un exemple de ce que le Canada et la Belgique peuvent accomplir lorsqu’ils travaillent ensemble. Nous partageons plus que des intérêts économiques, nous partageons des valeurs communes », a-t-il poursuivi.

La rencontre de vendredi se déroulait au parlement d’Ottawa, où la sécurité a été massivement renforcée à la suite de la fusillade en son sein le 22 octobre 2014.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Simonettu Alain, samedi 17 juin 2017, 22:38

    Réponse à M.CARION. Je suis fédéraliste européen. Vous conviendrez avec moi que l'Europe actuelle ne fonctionne pas. Je connais les relations internationales. Les gouvernements n'ont plus rien à dire. L'action des multinationales et de leurs actionnaires est dictée par la cupidité. Je vous suggère aussi de lire: "Inévitable protectionnisme" par Franck Dedieu, Benjamin Masse-Stamberger & Adrien deTricornot, publié dans la collection "le débat" chez Gallimard. Aucune empathie de votre part pour les ouvriers & techniciens licenciés à la suite des délocalisations et pas un mot de votre part sur le réchauffement climatique imputable aux activités humaines. Le protectionnisme altruiste consiste à taxer les importations à bas prix et à redistribuer, totalement ou partiellement, le produit de ces droits de douane, à ces pays en fonction des augmentations de salaries et des progrès environnementaux de ces pays exportateurs

  • Posté par Simonettu Alain, samedi 17 juin 2017, 15:59

    Après les 30 glorieuses, les 30 piteuses ! M. Rabot devrait savoir que l'idée européenne est morte avec le Traité de Rome de 1957. Pierre Mendès-France estimait, à juste titre, qu'il fallait procéder à l'harmonisation sociale et fiscale avant la fuite en avant du grand marché. Mais il était minoritaire. Après, le contrôle des changes a été supprimé, voie libre à la libre circulation des capitaux et des services, à l'élargissement à l'Est et à la globalisation. Le CETA est un cheval de Troie pour les multinationales et leurs filiales canadiennes et européennes. Et les accords avec la Chine, le Japon, le Viet-Nam sont tout aussi dangereux, ainsi que les quelque 3500 accords bilatéraux de libre- échange mettent en concurrence déloyale tous les travailleurs et sont incompatibles avec la nécessité de préserver notre planète. Le Pape François a eu raison de critiquer les multinationales et les Etats qui s'approprient les terres en Afrique et d'appeler à une certaine décroissance. Sinon, nous allons droit dans le mur. Déjà en 1999, Bernard Cassen, sur les colonnes du Monde diplomatique, invoquait la nécessité d'inventer un protectionnisme altruiste, coopératif et solidaire dans le monde entier. A celles et ceux qui veulent en savoir plus: consulter les sites STOP TAFTA, NO-Transat & ATTAC.

  • Posté par CARION JEAN, samedi 17 juin 2017, 17:29

    Bref en vous lisant je remarque un replis maximal derrière nos "petites frontières", une presse non éclectique (le monde dipl y compris), et une méconnaissance parfaite des relations internationales à l'instar des souverainistes en France et autres nationalistes Britanniques etc...!!!!!! Feu le Roi Léopold II disait en son temps" petit pays, petit esprit"(sic).

  • Posté par jacques rabbot, samedi 17 juin 2017, 2:53

    On critique le ceta mais on ne dit rien des accords avec la Chine et je ne parle pas des récents mais des anciens, ceux que le gouvernement socialiste de l'époque ont conclus. Ce sont les mêmes qui critiquent le ceta, pour la simple raison que celui -ci aura pour conséquence la disparition des taxes de transit, donc une lourde perte pour l'état. PS= taxe, taxe, taxe + désinformation. Qui de ces braillards et de ces inciviques qui collent des "stop ceta" sur les feux rouges (mettant en danger les automobilistes par la diminution de luminosité de ceux-ci) a lu entièrement les textes de cette convention ? Personne, car ces textes ne sont pas encore entièrement disponibles. Ils croient tous ce qu'un Magnette raconte, sans rien vérifier. ça doit être ainsi qu'ils en arrivent à voter PS.

  • Posté par Fuld Daniel, samedi 17 juin 2017, 0:00

    N'oubliez pas M.Michel que les 3 régions de notre pays ont également leur mot à dire, le Fédéral n'est pas seul...C'est constitutionnel !

Sur le même sujet

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une