Jean-Claude Daoust: «L’emploi ne doit pas tout au gouvernement Michel» (vidéo)

Jean-Claude Daoust ©Piraux/Le Soir.
Jean-Claude Daoust ©Piraux/Le Soir.

Jean-Claude Daoust, président du conseil d’administration de la société Daoust Interim, désormais gérée par son fils et « entreprise de l’année 2016 », ex-président de la FEB était l’invité du Grand Oral La Première Le Soir, interrogé par Jacques Cremers, Jean Pierre Jacqmin et Béatrice Delvaux.

Le patron déplore la qualité toujours insuffisante de l’enseignement qui met sur le marché des jeunes qui terminent leur secondaire sans être apte à relever les défis du marché du travail. « Il y a de gros progrès à faire à l’école. J’espère notamment que si on allonge la durée de formation des professeurs, ce sera notamment pour les aider à faire face aux classes difficiles. » Il cite ainsi la Finlande où la formation des professeurs ne se fait pas seulement avant leur entrée dans les écoles mais à raison de 15 jours par an, tout au long de leur carrière. « On ne peut pas vivre dans une société avec une partie très qualifiée et une très peu qualifiée, voire infraqualifiée. Certains estiment qu’il y a des jeunes qui ne trouveront jamais de travail : c’est dramatique de penser qu’ils seraient assistés pour toujours !  ».

Si Jean-Claude Daoust salue la croissance qui revient timidement en Belgique – mais aussi en Europe –, ainsi que la création d’emplois qui semble réelle, il se refuse à attribuer toute la responsabilité de ce revirement positif au gouvernement de Charles Michel : l’effet des cycles économiques joue à plein, mais aussi des décisions adéquates qui ont aussi été prises par le gouvernement Di Rupo « qui suivait déjà le même raisonnement  ». Contents les patrons ? « Je ne suis pas sûr qu’à la FEB on dise que ce gouvernement Michel soit pro-patron, il y a des choses positives mais je pense qu’en matière d’emploi et de flexibilité, on doit développer une autre vision, une autre politique. » L’avènement de l’ubérisation, du digital, du travail à domicile, la multiplication des jobs pratiqués en même temps, plaident urgemment pour J-C Daoust, pour une réinvention de la flexibilité. «  Macron a raison, on est parti vers d’autres choses, les jeunes sont eux très peu frileux par rapport à ces changements, qui une fois encore sont bien mieux gérés dans les pays du nord de l’Europe. » Mais pourquoi la Belgique n’est-elle donc pas l Finlande ? « C’est politique  », répond le patron.

Politique aussi le problème persistant de mobilité à Bruxelles. « Il y a un énorme problème de concertation avec les deux autres régions. Je ne suis pas sur qu’elles veulent qu’on sorte de cette problématique de mobilité. Je constate la difficulté des relations institutionnelles, Bruxelles est la mal aimée. » Et de plaider pour que toute stratégie (gestion de la voiture, des tunnels, des piétonniers », soit accompagnée par une bonne gestion du politique et « pas par des plans dot on connaît le début mais jamais la fin. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  2. Pour Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, «
il est indispensable que nous ayons, entre partis, une vraie réflexion sur la gouvernance. Le citoyen attend de nous une cohérence dans la gestion de Bruxelles
». © Sylvain Piraux.

    Les Bruxellois ne veulent pas d’une fusion des communes

  3. © Belga

    Une performance historique des hockeyeurs belges

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite