Accueil Monde France

Voici les grands gagnants et les grands perdants des législatives françaises

Plusieurs vedettes de la politique françaises se présentaient au second tour des élections législatives.

Temps de lecture: 4 min

Le premier tour des élections législatives avait condamné plusieurs ex-ténors de la politique, comme Jean-Christophe Cambadélis ou Benoît Hamon à gauche. Mais certains se sont tout de même hissés au second tour. Voici les principaux résultats parmi les 577 circonscriptions que compte la France. Les gagnants… et les perdants.

ELECTIONS-FRANCE2017-LEGISLATIVES-PARTIS.jpg

Les grands gagnants

François Ruffin

Le journaliste et documentariste primé à Cannes pour « Merci Patron ! » François Ruffin, candidat sous l’étiquette de la France insoumise dans la Somme, a remporté son pari.

Marine Le Pen

Elle accède pour la première fois à l’Assemblée. Marine Le Pen, comme son compagnon Louis Aliot dans les Pyrénées-Orientales, fait partie du petit contingent d’élus FN. La patronne du Front a été élue députée dans sa circonscription de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), a-t-elle annoncé dimanche soir. L’actuelle députée européenne, qui avait été défaite par Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, était opposée à Anne Roquet de La République en marche.

Richard Ferrand

Richard Ferrand (LREM), le ministre de la Cohésion des territoires, a été réélu dans sa circonscription du Finistère, malgré l’enquête préliminaire dont il fait l’objet à la suite de plusieurs affaires datant de l’époque où il dirigeait les Mutuelles de Bretagne. Il a battu le candidat du parti Les Républicains Gaëlle Nicolas.

Jean Lassalle

Le candidat à l’élection présidentielle Jean Lassalle a été réélu à l’Assemblée nationale. Le maire de Lourdios-Ichère, dans les Pyrénées-Atlantiques, a conservé son siège grâce aux quelque 2.000 voix d’avance qu’il a engrangées face à son opposant de La République en marche, Loïc Corrégé.

M. Lassalle, qui siège à l’Assemblée nationale depuis 2002, avait remporté 1,25 % des voix au premier tour de la présidentielle, soit le meilleur score des « petits » candidats.

Jean-Luc Mélenchon

Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon a annoncé sa victoire à Marseille. Parachuté dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, M. Mélenchon a aussi annoncé la création d’un groupe LFI à l’Assemblée nationale (au moins 15 élus).

Gilbert Collard

Gilbert Collard l’emporte de justesse. © AFP / Pascal Guyot.
Gilbert Collard l’emporte de justesse. © AFP / Pascal Guyot.

C’est une victoire étriquée. Le député d’extrême droite sortant Gilbert Collard a battu de seulement 123 voix la torera Marie Sara dans le Gard.

Thierry Solère

Thierry Solère (LR), ex-président du comité d’organisation de la primaire de la droite et du centre, a été réélu dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine. Il n’avait pas de candidat de La République en Marche face à lui, mais bien une dissidence de droite.

Les grands perdants

Florian Philippot

Florian Philippot a annoncé rapidement après 20h qu’il était battu. Il était en ballottage défavorable dans la 6e circonscription de Moselle. Le vice-président du Front national, habitué des plateaux télés, échoue pour la seconde fois à devenir député à Forbach. Il a été battu par Christophe Arend, candidat de La République en marche.

Marisol Touraine

Marisol Touraine, ministre de la Santé sous François Hollande, a reconnu sa défaite dans la 3ème circonscription d’Indre-et-Loire face à Sophie Auconie (UDI/LR).

Najat Vallaud-Belkacem

Najat Vallaud-Belkacem échoue encore dans la 6ème circonscription du Rhône. © AFP.
Najat Vallaud-Belkacem échoue encore dans la 6ème circonscription du Rhône. © AFP.

La marche était trop haute pour l’ancienne ministre de l’Education de François Hollande. Bruno Bonnell, candidat LREM, a battu la socialiste Najat Vallaud-Belkacem dans la 6ème circonscription du Rhône. Celui-ci a obtenu au second tour 60,04 %, pour 39,96 % à sa rivale.

« Aujourd’hui, ce que je retiens de cette campagne, au-delà du taux d’abstention inégalé et de cette vague irrationnelle, c’est que nos électeurs de gauche ont été désorientés par le quinquennat passé, a déclaré « NVB ». Il faudra en examiner les raisons pour commencer après la reconstruction de la gauche. Quant à moi, c’est une pause qui m’attend. Retrouver ma famille, me retrouver, travailler et mener le combat politique autrement. » Mme Vallaud-Belkacem ne dispose plus d’aucun mandat.

Nathalie Kosciusko-Morizet

L’écart était trop grand à l’issue du premier tour. Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM) a reconnu sa défaite à Paris dimanche soir à l’issue du second tour. « Ce soir, malgré un net sursaut des électeurs en faveur de ma candidature par rapport au premier tour, Gilles Le Gendre a remporté l’élection législative dans la 2ème circonscription », a écrit NKM sur sa page Facebook. Victime d’une altercation en rue en fin de campagne, la candidate battue a fait allusion à cet incident : « Cette campagne a été émaillée de moments formidables et d’épreuves. Je garde le positif, car il n’y a rien de plus noble que de défendre ses idées avec liberté », a conclu pa Parisienne.

Myriam El Khomri

L’ancienne ministre du Travail de François Hollande, Myriam El Khomri, a été sèchement battue dimanche dans la 18e circonscription de Paris. Elle s’incline face au candidat des Républicains Pierre-Yves Bournazel.

Les deux candidats se déclaraient partisans de la majorité présidentielle. Alors que Mme El Khomri se félicitait du soutien que lui avait apporté le président Macron, son ancien collègue au gouvernement, M. Bournazel revendiquait l’appui du Premier ministre Edouard Philippe.

Interrogée sur les raisons de sa défaite malgré le soutien du président, Mme El Khomri a pointé la confusion qui régnait dans cet arrondissement sans candidat de La République en marche. Cela faisait plus de 30 ans que cette circonscription n’avait pas échappé à la gauche.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en France

France: pas encore de leader pour la droite

Le député des Alpes-maritimes Eric Ciotti a récolté 42,73% des voix contre 34,45% pour le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau. Le député du Lot Aurélien Pradié est lui arrivé troisième avec 22,29% des voix. La participation a atteint 72,67%, et le deuxième tour aura lieu le weekend prochain.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une