Accueil Belgique Politique

Les rivalités entre PS et CDH freinaient les réformes en Wallonie

Benoît Lutgen a justifié son appel à un changement de majorité par des questions de gouvernance et d’éthique. Mais entre les deux partenaires wallons, plus rien n’allait en réalité depuis plusieurs mois sur des dossiers importants.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

L’annonce par Benoît Lutgen de la mort des coalitions dans les entités fédérées du sud du pays et l’appel lancé par le président du CDH au MR, à Ecolo et à Défi pour constituer des majorités alternatives, sans le PS, ont provoqué un tremblement de terre à Namur, capitale de la Wallonie. Mais à la réflexion, elle ne surprendra vraiment que ceux qui suivaient de très loin les développements récents de la politique régionale : au-delà des scandales qui éclaboussent de nombreux mandataires socialistes, le climat était devenu délétère entre les partenaires PS et CDH de la majorité. Même si personne ne l’avouait : « Le climat est bon », nous assurait-on encore ce dimanche.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Mine , mardi 20 juin 2017, 9:34

    coup de gueule, effets de manche de Lutgen mais sa créativité est limitée.

  • Posté par David Eric, lundi 19 juin 2017, 21:34

    L'auteur de l'article peut-il expliquer concrètement quelles étaient les divergences des deux formations sur la question du projet d’assurance autonomie et sur la réforme fiscale ? Merci déjà.

  • Posté par Dermience Ferdi, lundi 19 juin 2017, 19:10

    Quand Lutgen se prend pour Macron...

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 19 juin 2017, 16:20

    Un avantage non négligeable d'éliminer le PS aux régions et à la communauté, c'est d'avoir des majorités quasi-symétriques avec le fédéral, ce qui y renforcerait la position du MR qui y est bien seul pour défendre les intérêts francophones. Par ailleurs, il est assez évident que les tiraillements entre le fédéral et les régions/communauté n'aident en rien la mise en place efficace de la 6e réforme de l'état. Cela dit, le CDh aurait dû penser à cela avant de se mettre (comme d'habitude) dans la roue du "grand frère" PS. Mais bon, faire cohabiter le MR honni à gauche avec les Ecolos (très à gauche), DEFI qui ne pardonne pas au MR de l'avoir viré (on leur à clairement indiqué la porte) et le CDh dont les pontes du MR n'ont certainement pas oublié le "Collabos!" lancé par Lutgen à la tête du gouvernement Suédois, ça sera jouer un jeu définitivement incendiaire.

  • Posté par Nicolay Jean-marie , lundi 19 juin 2017, 16:19

    C'est bien évidemment Prévot, l'homme lige de Lutgen, partisan d'une alliance avec le MR, qui est derrière ce coup.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs