Accueil Belgique Politique

Crise politique francophone: comment Défi et Ecolo monnaient leur «oui» au CDH

Les deux formations pourraient participer à la constitution de majorités alternatives dans les entités fédérées. Mais avant cela, elles exigent des engagements fermes en matière de gouvernance publique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

C ’est un coup de com' du CDH. » Didier Gosuin (Défi) ne mâche pas ses mots quand il évoque la prise de judo réalisée par Benoît Lutgen sur les exécutifs fédérés. « Ce parti est en difficulté et essaie de redorer son blason. » Le ton n’est pas moins dur dans le chef de Zakia Khattabi, coprésidente d’Ecolo, qui rappelle que les centristes sont également touchés par les scandales.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Giot Francis, lundi 19 juin 2017, 23:29

    Le MR est le seul qui a des raisons de vouloir y aller, sa présence dans les Régions et communauté renforcera Charles Michel, il a tout à y gagner. Ecolo et défi tout à y perdre...

Aussi en Politique

Nucléaire: la Vivaldi se réaligne sur les négociations avec Engie

Après le tumulte autour d’une possible majorité alternative visant à relancer toutes les centrales en Belgique, les partenaires Vivaldi – à commencer par le MR – se reconcentrent, au moins provisoirement, sur les négociations avec Engie pour le maintien de deux réacteurs : « L’objectif est de conclure avant le 31 décembre. »

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs