Accueil Médias

Olivier De Raeymaeker (Le Soir): «Il n’a jamais été aussi difficile et important de s’informer»

Le directeur général adjoint du « Soir », Olivier De Raeymaeker, détaille les objectifs et le message derrière le spot actuellement diffusé en télé, radio et bientôt sur le web. « Le Soir » veut communiquer sur ses valeurs et son rôle en tant que média reconnu pour sa qualité et son sérieux.

Entretien - Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Ce week-end, Le Soir a lancé une nouvelle campagne publicitaire. Des spots dynamiques uniquement composés de textes et de chiffres seront diffusés en télévision et en radio jusqu’à la mi-juillet. La campagne se décline également dans votre quotidien et sur internet. Olivier De Raeymaeker, directeur général adjoint du Soir détaille les objectifs et le message que Le Soir souhaite faire passer auprès du grand public.

Pourquoi avoir décidé de communiquer sur la marque « Soir » à ce moment précis ?

Nous sommes dans un contexte assez particulier. Tant au niveau national qu’international, l’actualité est extrêmement riche. Or, il n’a jamais été aussi difficile et important de bien s’informer. Important, car on a l’impression que certaines décisions ont été prises au cœur de l’actualité sans que les citoyens aient été bien informés sur les conséquences. On peut prendre l’exemple du Brexit. De nombreux citoyens se sont plus intéressés à l’événement après qu’il a été décidé. Sur l’aspect de la difficulté de s’informer, il faut comprendre qu’on est dans un monde où il y a énormément d’informations. Les gens sont bombardés d’informations, parfois parcellaires voire contradictoires, sans que celles-ci soient mises en perspective. Des études récentes nous confirment que Le Soir, en tant que marque et organe de presse, est et reste reconnu pour sa qualité et son sérieux. On veut communiquer sur nos valeurs et le rôle que Le Soir, en tant que média, joue : informer de manière objective et complète, en allant au-delà de l’info, grâce à de l’analyse en profondeur et de la mise en perspective.

Le spot publicitaire met en évidence l’accélération de l’information. Toujours plus, toujours plus vite ?

Tout à fait. On a voulu simplement expliciter ce que vivent les citoyens aujourd’hui. Ce spot les met face à un certain nombre de choses qu’ils vivent au quotidien : la multitude des messages, le fait que tout va très vite, que les informations que l’on reçoit sont relativement contradictoires. Tant la vitesse de défilement du texte que les bruits en fond sonore traduisent cela.

Des spots dynamiques uniquement composés de textes et de chiffres seront diffusés en télévision et en radio jusqu’à la mi-juillet. Ils illustrent la rapidité et le nombre d’informations auxquels sont confrontés les citoyens chaque jour. © Le Soir.
Des spots dynamiques uniquement composés de textes et de chiffres seront diffusés en télévision et en radio jusqu’à la mi-juillet. Ils illustrent la rapidité et le nombre d’informations auxquels sont confrontés les citoyens chaque jour. © Le Soir. - DR

Sur quel dispositif repose cette campagne ?

Il s’agit d’un plan média à 360 degrés. On a démarré avec un dispositif classique dans le journal et en télévision depuis samedi après-midi. Lundi, on a lancé les spots en radio. Il y aura une déclinaison digitale de la campagne. On a travaillé à la cohérence pour n’imprimer qu’un seul et même message. A savoir qu’il n’a jamais été aussi important de bien s’informer et que Le Soir est, pour ce faire, la référence.

Quel est l’objectif ? Recruter de nouveaux abonnés ?

C’est d’abord une campagne d’image. Ces derniers mois, nous avons pas mal communiqué sur nos produits et nos promotions. Cette fois, nous voulons renforcer l’image globale de la marque Soir auprès de son lectorat potentiel. La richesse de l’actualité est particulièrement propice pour souligner le rôle du Soir, tant dans l’analyse et la mise en perspective de l’information que dans son rôle d’investigation.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par stals jean, mardi 20 juin 2017, 16:31

    Je fais partie des citoyens qui ne sont dupe de rien. Aussi, cela fait plus de 20 années que je n'ai plus de récepteur de télévision chez moi, je ne lis la presse, payante et non payante (en lecture Zen du Soir.be entre autre) que par l'intermédiaire d'internet ce qui me permet d'y aller de mes commentaires ce qui sois dit en passant est devenu impossible sans dépendre de "facebook" ... Je reproche néanmoins aux médias de presse tous supports confondus d'appartenir à des milliardaires patrons de multinationales de tous secteurs d'activités, ce qui ne laisse aucune chance à l'objectivité, à la vérité, pas plus qu'à l'information qui risque de rendre les citoyens plus intelligents quand il s'agit de bien savoir qui sont les véritables "maîtres du monde", ...En faisant croire au monde entier que les dirigeants politiques de nos démocraties ou non sont "tout puissant", alors qu'ils ne sont que des pantins aux services absolus des "Marchés" et des plus values boursières, c'est le comble du cynisme, de l'imposture intellectuelle avérée,c'est rien moins qu'un espèce de fascisme de la pensée ni plus ni moins....Un seul journal de la presse que je connais trouve grâce à mes yeux, c'est le Siné mensuel. Le Charlie Hebdo hélas n'est plus le Charlie d'avant le massacre et cela pour bien des raisons que je connais aussi très bien.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Médias

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Soirmag Voir les articles de Soirmag