Accueil Belgique

Un meilleur cadre législatif pour les hoverboards et autres monoroues

Les monoroues et autres connaissent un succès croissant. Mais aussi des carences réglementaires, pointe une étude de l’IBSR. Une grande réflexion tournera autour de ces engins.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Ils sont de moins en moins chers en magasins – leur prix moyen a chuté de 30 % entre septembre dernier et aujourd’hui. Et ils sont de plus en plus nombreux dans l’espace public – à défaut de chiffres officiels, on parle de plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires en circulation. En deux ans à peine, les « nouveaux engins de déplacements motorisés » ont démontré qu’ils avaient leur place dans la mobilité urbaine, quelque part entre la marche à pied, le vélo, la moto, l’auto et les transports en commun.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Van Obberghen Paul, mardi 20 juin 2017, 16:51

    Je suis parfois surpris de la vitesse à laquelle ces engins et leur "pilote" se déplacent et souvent sur les trottoirs parmi les piétons qui ne les entendent pas venir. Je pense qu'il serait préférable que ces engins qui peuvent dépasser la vitesse d'une personne marchant normalement devrait être interdit de circuler sur les trottoirs, tout comme les vélos. On ne pense en effet pas assez aux personnes âgées qui, peu sûres sur leur jambes, peuvent être surprises par le passage de l'engin, et chuter même s'il n'y a pas eu de contact. Quant aux protections, je suis surpris de constater qu'elles ne sont pas obligatoires même pour les vélos!

  • Posté par Malka Pierre, mardi 20 juin 2017, 12:47

    Enfn les pouvoirs publics prennent en compte ces moyens de transports, cela fait plusieurs mois que je commente vos articles sur la mobilité pour vous encourager à en parler ! Cependant, en vélo je vais à 30km/h sans propulsion électrique et je n'ai pas besoin de permis, ni de port obligatoire du casque. Pourquoi donc en faudrait-il un pour les monoroues qui ne vont qu'à 25km/h maximum? De même, pour le vélo, personne n'est là pour s'assurer que je sache rouler avec. Cette vision du grand public étriquée qui considère ces engins comme "dangereux" est complètement réactionnaire. Si l'on veut encourager les gens à utiliser ces engins, une limitation de vitesse est utile ainsi qu'une adaptation du code de la route à minima. Mais de la à penser que les usagers de ces engins sont plus dangereux que les cyclistes, c'est ridicule. Un deux poids - deux mesures serait contre-productif pour ces formidables engins qui forment enfin " le maillon manquant des modes de transport ". Encourager leur usage est indispensable, l'encadrer l'est aussi, mettre des freins à leur utilisation est contre-productif. On espère que le SPF fera des choix raisonnés.

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs