Accueil Société

A Tournai, on déplore «un manque total de respect et de reconnaissance»

Il est presque acquis que ces quartiers militaires hainuyers vont fermer ses portes d’ici quelques années même si personne ne le confirme. Dans la caserne Ruquoy, le malaise est présent et les militaires s’interrogent sur leur avenir. Certains envisagent de quitter l’armée.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Les vieux murs rouge foncé de la caserne Ruquoy n’en laissent rien paraître. Pourtant, à l’intérieur du centre de formation logistique tournaisien de l’armée, près de 50 millions d’euros ont été injectés ces vingt dernières années pour moderniser bâtiments et infrastructures. Outre la rénovation des blocs de bâtiments, pas moins d’1,4 million d’euros a été consacré à la construction d’un atelier de maintenance de véhicules en 2006, 1,25 million d’euros à des travaux d’adaptation routiers et à l’installation de distribution de carburants et 80.000 euros à la rénovation du parade-ground, en 2007. Enfin, 1,3 million d’euros a servi aux rénovations de l’atelier de tôlerie-soudure et 40.000 autres à l’installation d’un monte-charge en 2012. Pourtant, l’avenir de la caserne semble scellé à moyen terme, même si le gouvernement s’en défend.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs