Accueil Monde Union européenne

Brexit: la bagarre pour récupérer les deux agences européennes peut débuter

Les 27 ont arrêté les critères qui présideront au choix des villes qui hériteront de l’Agence du médicament et de l’Agence bancaire, actuellement localisées à Londres.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 4 min

Le Brexit est une mauvaise chose pour le Royaume-Uni comme pour l’UE : c’est l’opinion la plus répandue en Europe. Mais à quelque chose malheur est bon. Il y a bien une dépouille à récupérer, deux mêmes, et elles suscitent les plus ardentes convoitises : les deux agences européennes, l’Agence bancaire (EBA) et celle du médicament (EMA), qui doivent être relocalisées de Londres ailleurs dans l’UE. Une vingtaine d’États ont signalé qu’ils souhaitent obtenir l’une des deux institutions, voire les deux. Deux beaux morceaux… L’EBA est l’une des institutions – mais pas la plus importante – supervisant le marché financier éminemment important. Quant à l’EMA, c’est l’une des plus grosses agences européennes, tant en termes de personnel directement employé (environ 600) que d’activités générées notamment par ses nombreux comités scientifiques. La Belgique sera candidate pour accueillir l’Agence du médicament, on y reviendra plus loin…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs