Bruxelles dope son guichet électronique

Depuis 2016, près de 60.000 documents  ont été commandés via le e-guichet. © D.R.
Depuis 2016, près de 60.000 documents ont été commandés via le e-guichet. © D.R. - D.R.

Après avoir lancé son guichet électronique en 2016, la Ville souhaite désormais donner un coup d’accélérateur numérique à son dispositif. Avec un objectif simple, comme le développe l’échevin Alain Courtois : « nous souhaitons faciliter la vie et les démarches des citoyens mais aussi réduire notre empreinte écologique en évitant tout déplacement inutile, diminuer le temps d’attente des usagers devant impérativement passer par le guichet et réduire la masse de travail du guichetier et ainsi lui permettre de se concentrer sur l’accueil et la gestion de la fraude à l’identité. »

Le lancement de l’opération semble en tout cas avoir séduit les administrés et ce, alors que seuls cinq documents parmi lesquels la composition de ménage, ou le certificat de nationalité belge étaient disponibles. Avec un bilan parlant : 65 % des documents commandés le sont aujourd’hui en ligne, indique la Ville qui a donc décidé d’élargir son offre. C’est ainsi que pas moins de 21 pièces sont désormais accessibles comme les actes d’adoption, de décès, de mariage et de divorce ou encore le changement de nom, le certificat de cohabitation légale ou l’extrait des registres de population. Certains de ces documents nécessitent une vérification « physique » de la part du guichetier, ceux-ci seront donc accessibles en deux temps. Le document, signé électroniquement, étant proposé à l’envoi soit par voie informatique, soit par voie postale.

Reste que nombre d’habitants n’ont pas forcément un accès à internet à domicile et ne possèdent ni tablettes ni ordinateurs. « Pour combattre la fracture numérique, 20 bornes sont placées dans des endroits stratégiques », précise donc, pour sa part, l’échevin de l’Informatique, Mohamed Ouriaghli (PS). Des bornes disséminées sur l’ensemble du territoire comme les bibliothèques, les maisons de quartier ou des associations.

A terme, la Ville souhaite encore étoffer son offre et planche notamment sur la création d’une application pour tablettes et portables et sur l’automatisation complète de la commande de documents. Tout bénéfice pour les administrés. « Nous passons près de six mois de notre vie dans une file d’attente. La Ville de Bruxelles l’a bien compris et a décidé d’investir afin de mettre à disposition de ses citoyens un e-guichet performant », conclut Alain Courtois.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous