Accueil Société Régions Hainaut

Tournai retrouve une trace de Robert Campin

Une pièce rare d’un procès impliquant le peintre identifié au « maître de Flémalle » rachetée.

Temps de lecture: 2 min

L’artiste a marqué durablement l’histoire de Tournai. Robert Campin, peintre primitif flamand, est mort dans la cité des Cinq Clochers en 1444. Il y dirigeait un atelier et eut notamment comme élève un certain Roger de la Pasture, autre grand nom de la peinture. Malheureusement, la Ville de Tournai ne dispose plus de traces historiques du passage de Robert Campin : la plupart se sont envolées en fumée lors de l’incendie des archives communales provoqué par le bombardement allemand en 1940. C’est dire si la pièce que vient d’acquérir le Fonds Claire et Michel Lemay – des industriels locaux qui ont légué une partie de leur fortune à la Wallonie picarde – est extrêmement rare.

Datant du 11 novembre 1427, ce manuscrit sur vélin est un témoignage inestimable de la situation juridique, politique et sociale du XVe siècle à Tournai. Il mentionne le nom de Campin à deux reprises. À la lecture, on peut constater qu’il s’agit d’une pièce de procès porté devant la juridiction de Paris. Robert Campin y comparaît en compagnie de deux autres collègues « pauvriseurs ». Il s’agit de paroissiens de l’église Saint-Pierre en charge de la gestion de la table des pauvres, sorte d’action sociale de l’époque. Ils s’opposent à Arnould de Lielscamp, écuyer de fourrier du roi Charles VII. La « fourrie » était l’office de l’hôtel qui gérait les approvisionnements.

« La date de 1427 n’est pas anodine, estime Anne De Breuck, de la Fondation Roi Baudouin qui gère le Fonds Lemay. Il s’agit d’un âge d’or pour Tournai, particulièrement sur le plan des arts. Campin accueille cette année-là dans son atelier son élève le plus réputé : Roger de la Pasture. Depuis 1423, les gens de métiers participent à la gestion de la Ville. Robert Campin avait eu une part importante dans ce changement de régime. Le document témoigne donc d’une période essentielle pour Tournai. »

Confiée en dépôt aux archives de l’État à Tournai, cette pièce de procès est à nouveau accessible. Elle devra être étudiée plus en profondeur afin de révéler tous ses secrets. Parmi les éléments à analyser, le fragment de sceau, malheureusement fort abîmé.

L’ASBL Roger de la Pasture, qui a signalé la mise en vente du document au Fonds Claire et Michel Lemay, a offert sa collaboration pour piloter l’étude détaillée de ce document inédit qui démontre qu’à côté de son patrimoine, Tournai peut se targuer d’une riche histoire culturelle et artistique.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo