Accueil Société Régions Liège

Les commerçants verviétois au bord de la crise de nerfs

Cri de détresse de la présidente de l’Union des commerçants verviétois lors de la cérémonie d’ouverture de la braderie lundi soir. Le commerce à Verviers va mal. En cause la périurbanisation.

Temps de lecture: 2 min

La présidente de l’Union des commerçants verviétois (UCV) a poussé un cri de détresse concernant la situation du commerce à Verviers lors de la cérémonie d’ouverture de la braderie lundi soir. « On n’en peut plus », s’est écrié Anne Depresseux. La braderie est aussi symptomatique du problème des cellules commerciales vides avec une présence renforcée d’ambulants pour… boucher les trous.

La braderie de Verviers démarre ce mercredi, jusqu’à samedi inclus. Un moment de l’année sur lequel les commerçants verviétois, comme d’autres certainement, comptent beaucoup. Et d’autant plus ces dernières années avec la désertification des artères commerçantes de l’hypercentre verviétois.

Lors de la cérémonie d’inauguration, lundi soir, l’échevin des Affaires économiques Malik Ben Achour (PS) a martelé avec ses collègues du collège communal : « On doit apprendre à arrêter de se faire mal. La situation actuelle est le résultat de politiques anciennes. Et le mal de la périurbanisation n’est pas propre à Verviers. La ville bouge en ce moment, des travaux sont en cours et on fait tout pour qu’ils se déroulent dans les meilleures conditions. »

Mais ces propos, aussi bienveillants soient-ils, n’ont pas convaincu la présidente de l’Union des commerçants verviétois (UCV), Anne Depresseux. « Ça fait plusieurs années maintenant que nous attendons des décisions pour aider les commerçants. » A force de ne rien voir venir de solide, les derniers commerçants de l’hypercentre ont le moral en berne. «  Les gens ne viennent plus à Verviers. On nous dit que si ce n’est pas Patrick Huon qui réalise le projet de centre commercial, ce sera quelqu’un d’autre. Mais dans combien de temps ? On n’en peut plus ! On veut voir bouger les choses. Si ça ne se fait pas, beaucoup de commerces vont encore fermer dans les deux années à venir.  »

Alors oui, cette braderie, symptomatique du problème des cellules commerciales vides (on note la présence renforcée d’ambulants pour… boucher les trous), les commerçants l’attendent et espèrent pouvoir se renflouer quelque peu, mais «  les travaux à ce moment, c’est aussi un problème  », assène Anne Depresseux qui dénonce un manque de communication entre l’administration et les commerçants. «  Il faut vraiment avoir les reins solides et se battre pour rester à Verviers. Soyez en conscients. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Jean-Claude Morgenthal, lundi 26 juin 2017, 16:00

    Un gros problème à Verviers est la gestion du stationnement qui a été confiée à une société privée qui applique la tolérance zéro De nombreuses personnes ne descendent plus en ville à cause de cela. Devoir payer 25 € pour un dépassement de mm pas 5 min, il y a de quoi en dégouter plus d'un. Aller faire une brève course devient impossible. Dés que la voiture est arrêtée, un agent vient directement voir pour verbaliser. Ils font le chiffre que les commerçants ne font pas.

Aussi en Liège

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo