Accueil Monde France

Emmanuel Macron au «Soir»: «L’Europe n’est pas un supermarché!»

Pour Emmanuel Macron, les démocraties occidentales sont en crise, explique-t-il dans sa première interview comme Président. L’UE doit se retrouver autour de son bien commun. La clé pour repartir, dit-il, c’est l’Europe qui protège.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 9 min

Dans les jardins de l’Elysée où il reçoit les correspondants de huit journaux européens dont Le Soir pour sa toute première interview depuis son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron ne laisse rien transparaître des tourments qui agitent l’exécutif dans l’Hexagone.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par stals jean, jeudi 22 juin 2017, 12:38

    "Ce qui épuise les démocraties, ce sont les responsables politique qui pensent que leurs citoyens sont bêtes"...Macron ce pantin parachuté Président de la Nation France par la dictature de l'actionnariat seule et véritable maître du monde, "n'a pas flattés les français il a parlé à leur intelligence"...avec l'abstention record du monde au deuxième tour des législatives, c'est à croire que la grande majorité des français sont des cons finis...Des intellectuel(le)s indépendants des médiats et des politiques ne cessent de démontrer, à coups d'argumentations, plus que péremptoires, que la dite; Démocratie Politique est un leurre absolu. Cette démocratie qui devrait être participative et citoyenne, n'existe tout simplement plus et cela dans aucune Nation du Monde. Pourquoi? Nos dirigeants politiques élus par les "peuples souverains" n'ont qu'un seul, un seul et unique but, pas deux, c'est sans désemparer voir diminuer "La DETTE PUBLIQUE". Le sois disant combat de civilisation actuel, ce n'est que ça, ça et rien d'autre. Les créanciers de ces "DETTES PUBLIQUES" insupportables,pour la planète entière, c'est le système bancaire mafieux et mondialisé détenteur d'avoir financiers et boursiers plus important que ceux de la plus part des nations. Mais les gouvernements politiques militaires et même religieux de toute l'Europe comme du reste du monde évidemment se comportent envers ces mafias bancaires mondialisées, car c'est bien de mafias aux sens étymologique dont il s'agit, comme les "collabos" se comportaient avec les armées allemandes qui avaient envahi nos pays lors de la deuxième guerre mondiale...Les médias aux mains des oligarques multimilliardaires, et les journalistes du groupe Rossel n'échappent évidemment pas à la règle, en pratiquant à qui mieux mieux, la désinformation, l'imposture intellectuelle systématique, le foutage de gueule à vomir, se comportent en chien de garde même pas bien nourris pour la plus part...Si tous les Macron tous les Charlots du multicolor monde ainsi que la gent journalistique presque dans son ensemble savait ce que je sais, s'ils me croisaient dans la rue il changerait de trottoir...

  • Posté par Dubois Raymond, jeudi 22 juin 2017, 11:27

    Il donne un souffle d'espoir Il essaye d'expliquer des situations complexes Laissons à ce Président sa chance Il a des idées avec un regard neuf BON COURAGE AUX FRANCAIS

  • Posté par Vermeulen Gregory, jeudi 22 juin 2017, 8:04

    Quelle naiveté, quelle hypocrisie et que de mensonges.... On a l' impression d être au pays des Bisounours

  • Posté par Mathieu Colmant, jeudi 22 juin 2017, 8:52

    Juste pour voir... Donnez un exemple de naïveté, un d'hyporcrisie et un mensonge, qu'on puisse discuter ? Il n'a peut-être pas la même vision que vous, c'est tout à fait possible et même probable. Mais de là à utiliser ces trois mots...

  • Posté par Yernaux Jean-pierre , mercredi 21 juin 2017, 22:31

    Voilà une vision qui a la qualité d'être clair. S'il parvient à tenir la route de manière réaliste, alors là peut-être que les choses pourraient changer en Europe. En tout cas il habite la fonction, continue à faire ce qu'il dit. A traverser les évènements perturbants avec lucidité, pertinence et fermeté. Oui la belgique ce n'est pas le même, mais nous pourrions quand même avoir des personnes qui gouvernent non pas en prévision des prochaines élections mais en prenant des risques avec des décisions sur le long terme qui transformeraient réellement notre société

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs