Accueil Monde

Les apparences d’un changement

Le glamour de la victoire de Justin Trudeau lundi soir ne doit pas masquer que cette élection marque le retour des libéraux. Si les Canadiens peuvent espérer moins d’austérité et quelques gains pour la classe moyenne, le monde ne doit pas s’attendre à ce que le Canada change radicalement.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Le fils du défunt premier ministre Pierre-Eliott Trudeau, héros du Canada anglais dans les années 1970 et considéré comme un traître au Québec, a choisi d’être le porte-parole de la classe moyenne. Il promet aussi de relancer l’économie en panne par un programme de grands travaux d’une soixantaine de milliards de dollars. Après tout, les routes et les ponts du Canada, qui n’ont pas été entretenus pendant des décennies, sont dans un état déplorable.

Le candidat Trudeau a annoncé qu’il se moquait des déficits et qu’il ne renouerait avec l’équilibre budgétaire qu’en 2019-2020. Un programme de gauche que Stephen Harper ne s’est pas lassé de dénoncer.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs