Exercice d’attentat intrusion

Des plans internes d’urgence (PIU) pour réduire les risques potentiels d’intrusion et d’attentats : « A la rentrée, toutes les écoles de notre réseau d’enseignement auront rempli cette obligation », assure Julie Patte. Selon les derniers chiffres communiqués au conseil communal, un établissement sur deux n’est toujours pas en ordre. « Chez nous, seuls 5 à 6 établissements n’ont pas encore élaboré leur PIU. Les retards se concentrent dans d’autres réseaux, selon elle. Dès le 23 novembre 2015, dix jours après les attentats terroristes de Paris, le chef de corps de la police avait écrit une première fois à tous les directeurs pour leur donner des consignes de sécurité : définir un programme d’évacuation interne, déterminer un point de rassemblement, mettre en place des mesures pour prévenir les intrusions, réduire les sorties autorisées d’élèves, alerter les secours, etc. Par la suite, deux autres courriers leur ont été adressés. Cela a permis de doubler le nombre de plans internes d’urgence, de 25 à 50 %. A la rentrée, nous diffuserons un guide des bonnes pratiques de sécurité, à partir d’un modèle élaboré en France. Ce sont souvent des choses très simples ou des mesures de bon sens qui ne coûtent rien. Il est aussi prévu d’organiser un exercice d’attentat intrusion : une première à Charleroi ! »

Sur le même sujet
TerrorismeFrance
 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous