Alda Greoli sur la crise politique: «C’est lamentable de vouloir faire peur aux citoyens»

© Mathieu Golinvaux
© Mathieu Golinvaux

Jeudi, Elio Di Rupo s’était pour la première fois exprimé dans les médias sur la crise politique francophone, qu’il avait qualifiée de « spectacle lamentable proposé par le président du CDH ».

Ce vendredi, réponse cinglante d’Alda Greoli, vice-présidente CDH du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sur les ondes de Bel RTL. « S’il y a bien quelque chose de lamentable, c’est de faire croire que les gouvernements ne travaillent pas et de vouloir faire peur aux citoyens. »

Et de défendre l’action de son président de parti, Benoît Lutgen, qui a demandé le divorce avec le PS lundi dernier. « Le scandale du Samusocial a été la goutte – non, le lac – qui a fait déborder le vase. On ne peut pas poursuivre dans des politiques essentielles (comme le Pacte d’excellence, la réforme de la culture et de la gouvernance) avec un parti ayant un rapport à l’Etat complètement biaisé ! »

Alda Greoli se dit également « disponible pour négocier » à tout moment. « Le CDH a changé de méthode de gestion. Aujourd’hui, Benoît Lutgen est entré en dialogue avec une série d’autres partis. C’est normal que ce temps de dialogue dure quelques jours… », tente-t-elle de rassurer.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous