Esclavagisme: les «princesses du Conrad» condamnées à 165.000 euros d’amende

L’un des deux victimes ( à droite) présentes au procès. © Belga
L’un des deux victimes ( à droite) présentes au procès. © Belga

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné, vendredi matin, les «princesses du Conrad» à des peines de 15 mois de prison avec sursis complet et à des amendes pénales de 165.000 euros avec sursis pour la moitié.

Les huit prévenues ont été reconnues coupables de traite des êtres humains et de traitements dégradants. Le tribunal n’a par ailleurs pas considéré qu’il y avait traitement inhumain et a considéré qu’il n’y avait pas infraction aux lois sociales belges car les prévenues n’étaient pas l’employeur des victimes. Leur majordome, également prévenu, a quant à lui été acquitté.

Une princesse des Emirats arabes unis, sept de ses filles et un de leurs majordomes étaient prévenus devant le tribunal pour des faits de traite des êtres humains à l’égard de 23 femmes qui travaillaient à leur service, en 2007 et 2008, à l’hôtel Conrad (aujourd’hui Steigenberger) à Bruxelles.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce lundi.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite