16.000 Belges sur la liste noire des banques

© Le Soir/Sylvain Piraux
© Le Soir/Sylvain Piraux

Près de 16.000 Belges et résidents en Belgique figurent sur la plus longue liste noire au monde, World-Check, indiquent le journal L’Echo et De Tijd.

Cette liste, propriété de Thomson Reuters, est utilisée dans 170 pays par toutes les grandes banques et plus de 6.000 autres entreprises afin d’identifier les clients, postulants et partenaires d’affaires présentant un risque: des personnes étiquetées par exemple comme «politiquement sensibles» ou liées à des dossiers de criminalité ou de terrorisme.

«Une enquête du Tijd et d’organes de presse de cinq autres pays dévoile cependant que nombre de ces personnes, dont beaucoup de Belges, se trouvent à tort sur la liste, qui regorge d’erreurs. Ainsi apparaissent, dans la catégorie ’Terrorisme’, des Belges ayant été acquittés ou n’ayant jamais été poursuivis pour de tels faits. La Ligue des musulmans de Belgique y figurait également, elle qui a maintes fois condamné la violence. La juge bruxelloise Christine Schurmans a quant à elle atterri erronément sur la liste ’Criminalité financière’», explique L’Echo.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Terrorisme|Belgique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite