Pourquoi l’affaire Lambert n’aurait pas été possible en Belgique

Le décès de Vincent Lambert ce jeudi met fin à une triste saga.
Société
Analyse
PhotoNews
Les francophones restent frileux
Les traitements pour maintenir en vie Vincent Lambert, en état végétatif depuis dix ans, ont repris mardi.
Jean-Luc Romeron, président de l’Association française pour le droit de mourir dans la dignité, est en colère face au cas de Vincent Lambert.
Le nombre d’euthanasies pratiquées à l’hôpital continue de diminuer. © Belga.
B9718165972Z.1_20190108185733_000+GJSCO2NRC.1-0
L’experte: «Le risque terrible, c’est d’euthanasier alors que la situation peut se rétablir»
La maladie mentale reste une cause marginale
Et les patients qui veulent l’euthanasie?
d-20130807-W4N95P
A Bruxelles et en Wallonie, les communales, à commencer par l’élection dans les grandes villes, donnent à voir une gamme de coalitions.
Les associations appellent à aller plus loin en évoquant la reconnaissance de la filiation des deux mères et le remboursement intégral de la PMA comme pour les couples hétérosexuels.
France De notre correspondante

La PMA pour toutes: Macron au pied du mur

©Belga
Continuer à les nourrir équivalait à faire grimper chaque jour la facture pour des porcelets que l’éleveur n’aurait pas pu écouler.
Manifestation pour la dépénalisation de l’IVG le 9 septembre dernier à Bruxelles
: les secteurs laïque et associatif mettent la pression.
Yves de Locht pratique des euthanasies depuis quinze ans, en Belgique. Il témoigne aujourd’hui dans un livre publié en France.

Invalid Scald ID.

«
Nous avons, dans l’espace de la vie ordinaire, besoin d’îlots sacrés. Le rituel n’a pas disparu.
»
Selon les dernières données disponibles, le nombre de chiens et de chiots  accueillis dans les refuges bruxellois en 2017 s’élevait à 1.357, pour 4.064 chats  et chatons.
Sur la Catmobile, le chat est stérilisé, souligne Gaia.