Trump ne célèbre pas la fin du ramadan à la Maison-Blanche et rompt avec la tradition

© Reporters
© Reporters

C’est une première en près de 20 ans. Le président Donald Trump a décidé de ne pas accueillir un dîner pour rompre le jeûne à la Maison-Blanche, comme cela a toujours été la tradition à la fin du ramadan, rapporte CNN.

A la place, le président américain s’est contenté de présenter ses «  salutations chaleureuses » aux musulmans qui célèbrent l’Aïd al-Fitr, alors même que son administration est critiquée pour son intention de rompre avec toute célébration de cette date.

«  Au nom du peuple américain, Melania et moi envoyons nos sincères salutations aux musulmans qui fêtent l’Aïd al-Fitr », a déclaré Donald Trump dans un communiqué. «  Durant cette fête nous est rappelée l’importance de la pitié, de la compassion et de la bienveillance », a-t-il ajouté. «  Avec les musulmans de par le monde, les Etats-Unis renouvellent leur engagement à respecter ces valeurs ».

La Maison-Blanche avait dans le passé célébré l’Aïd al-Fitr, la fête marquant la fin du ramadan, par un dîner ou une réception, une tradition née en 1996 sous la présidence de Bill Clinton. Mais le secrétaire d’Etat Rex Tillerson aurait rejeté une demande de ses services pour organiser un tel événement cette année.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une touche d’humour dans la fin de campagne de Boris Johnson
: une vidéo parodiant le film «
Love actually
» et promettant, en pancartes «
détournées
», l’aboutissement du processus du Brexit.

    Les élections législatives au Royaume-Uni, un air de deuxième référendum Brexit

  2. Même s’ils ne le disent pas ouvertement, les deux informateurs privilégient l’arc-en-ciel élargi.

    Coalition fédérale: l’arc-en-ciel élargi au CD&V est en pole position

  3. CLIMATE CONFERENCE COP25 MADRID WEDNESDAY

    COP25: les Belges proches d’un accord sur un plan climat insuffisant

La chronique
  • Requiem pour M.

    Une femme blonde habillée de noir avec un collier de perles, embrasse le visage d’une jeune femme aux cheveux très courts, façon punk, allongée dans son cercueil. L’image est incroyable. Insoutenable pour certains, troublante pour d’autres. Très belle en fait, et forte, si forte. Cette photo, parue avec bien d’autres dans le New York Times en fin de semaine dernière est celle de Marieke Vervoort, athlète paralympique belge et multimédaillée. C’est Marieke qui est dans ce cercueil de bois, et c’est sa maman Odette qui l’embrasse, alors qu’elle vient juste de mourir. A sa demande. Par euthanasie.

    Cette photo d’une intimité absolue, les parents de Marieke l’ont découverte en même temps que les lecteurs du New York Times sur le site du journal, le jour de la publication d’un très long article qui raconte la mort désirée de l’athlète paraplégique, mais aussi des mois qui ont précédé cette fin de vie vécue comme une libération. Le dimanche, le journal américain a publié le récit complet dans un...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite