Golf: Thomas Detry a frôlé l’exploit en Allemagne

Edition numérique des abonnés

La victoire est revenue à la surprise générale à l’Argentin Andres Romero, 837e joueur mondial, invité par le principal sponsor de l’épreuve, grâce à une carte de 65, sept coups au dessous du par.

Detry, 24 ans, professionnel depuis à peine douze mois, a lui rentré une magnifique carte de 66 coups après un départ en force et des birdies aux trous deux, quatre, cinq et six. Il a ensuite frôlé un eagle au neuf, pour se situer à 5 sous le par à mi-parcours, et prendre la tête du concours avec deux coups d’avance sur ses concurrents.

Il a concédé un très malheureux bogey au dix, avant d’envoyer la balle dans l’eau au suivant. Il a ensuite encore réussi des birdies au quatorze et au seize, pour en finir en 66 coups, et un total de 272 pour les quatre tours, un de trop pour monter sur la plus haute marche du podium.

L’Argentin de Tucuman Romero, 36 ans, qui comptait trois coups de retard avant le dernier tour, s’est en effet adjugé son 2e trophée sur le circuit européen avec 271 coups, juste devant Detry, Garcia, le vainqueur de son premier tournoi du Grand Chelem à 37 ans, au Masters d’Augusta, qui n’a pu faire mieux que 69, comme Bland, toujours à la recherche d’un premier titre en carrière à 44 ans, seize ans après son unique trophée sur le Challenge Tour.

Romero avait déjà gagné le Deutsche Players Championship of Europe en... 2007. Detry signe lui son meilleur résultat sur le Tour Européen. Il avait été troisième du Afred Dunhill Championship plus tôt dans la saison.

Nicolas Colsaerts, 34 ans, qui a bouclé son dernier parcours en 72 coups, a perdu dix places et finit 26e avec un total de 281 coups (par -7).

Classement après le 4e et dernier tour (par 72):

1. Andres Romero (Arg) 271 (67-71-68-65)

2. Richard Bland (G-B) 272 (67-69-67-69)

. Sergio Garcia (Esp) 272 (66-70-67-69)

. Thomas Detry (BEL) 272 (65-71-70-66)

5. Rikard Karlberg (Suè) 274 (67-69-72-66)

6. Tommy Fleetwood (G-B) 275 (67-71-70-67)

. Renato Paratore (Ita) 275 (70-70-67-68)

8. Hennie Otto (AfS) 276 (68-69-70-69)

. Nacho Elvira (Esp) 276 (72-70-68-66)

10. David Lipsky (USA) 277 (71-69-67-70)

. Henrik Stenson (Suè) 277 (67-69-72-69)

...

26. Nicolas Colsaerts (BEL) 281 (71-71-67-72)

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Bruno D’Alimonte / Le Soir

    Olivier Chastel: «Que cette alliance PS-N-VA avance à visage découvert»

  2. B9717072167Z.1_20180927223156_000+GICC4BN9H.1-0

    Le tribunal européen annule en partie les tests de pollution des autos

  3. Pieterjan De Smet est la nouvelle perle de «
Terzake
».

    Débats : et si les télés francophones s’inspiraient de la Flandre...

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Pythons

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévue, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite