Accueil Économie

Débat idéologique autour de Bpost et Proximus

Au parlement, l’opposition tire à boulets rouges sur le projet de loi permettant à l’Etat de faire passer sa participation sous la barre des 50 %.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Projet de loi purement idéologique et néolibéral, pour l’opposition. Projet pragmatique visant à mieux armer nos entreprises publiques face à la concurrence du privé, pour la majorité. La présentation du texte modifiant la loi de 1991 sur les entreprises publiques par le ministre compétent, Alexander De Croo (OpenVLD) devant la commission infrastructure de la Chambre a donné lieu à un dialogue de sourd entre les deux ailes du Parlement. Cette loi qui concerne les deux entreprises publiques cotées en Bourse, Bpost et Proximus, poursuit trois objectifs. Premièrement, placer les entreprises publiques cotées en Bourse sur un pied d’égalité avec leurs concurrents privés en leur permettant de créer des filiales, de recourir à des indépendants, à de la sous-traitance. Deuxièmement, aligner le fonctionnement des organes de gestion sur ce qui existe dans le privé, c’est-à-dire diminuer l’ingérence du politique en ne faisant plus nommer le CEO et les administrateurs par l’Etat.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs