Accueil Monde Europe

Theresa May signe un accord de gouvernement avec le DUP nord-irlandais

La Première ministre britannique, qui a perdu la majorité absolue au Parlement à l’issue des législatives, a besoin du soutien du DUP pour gouverner.

Temps de lecture: 2 min

La Première ministre britannique Theresa May a signé lundi un accord de gouvernement avec le parti ultra-conservateur nord-irlandais DUP moyennant une aide d’un milliard de livres, près de trois semaines après des législatives où elle a perdu sa majorité absolue.

Un milliard de livres dans le cadre de l’accord

«Aujourd’hui nous avons conclu un accord avec le parti conservateur pour soutenir le gouvernement au parlement», a déclaré la cheffe du DUP, Arlene Foster en quittant Downing Street. Elle a annoncé que l’Irlande du Nord allait recevoir un milliard de livres (1,1 milliard d’euros) supplémentaires au cours des deux prochaines années dans le cadre de cet accord.

Cet argent va «stimuler l’économie et l’investissement dans de nouvelles infrastructures ainsi que dans l’avenir de nos secteurs de la santé et de l’éducation», a-t-elle détaillé. «Aujourd’hui nous avons atteint un résultat qui est bon pour le Royaume-Uni, bon pour l’Irlande du Nord, et permet à nos nations d’avancer pour faire face aux défis qui se profilent», a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, Theresa May s’est «félicitée de cet accord qui va nous permettre de travailler ensemble dans l’intérêt de l’ensemble du Royaume-Uni et nous donner la certitude dont nous avons besoin alors que nous lançons notre sortie de l’Union européenne».

Un accord obligatoire

Avec 317 sièges de députés, un score très en deçà de ses espérances aux législatives du 8 juin, la dirigeante conservatrice était dans l’obligation de faire alliance avec le DUP, dont les dix élus lui permettent d’atteindre les 326 sièges requis pour retrouver une majorité absolue à la chambre des Communes.

À lire aussi Les ultras du PUD, la solution de sauvetage de Theresa May

Le DUP va soutenir le gouvernement sur les projets de lois liés à la sortie du pays de l’UE, le budget, les projets de loi touchant à l’économie, la sécurité nationale ainsi que sur toutes les motions de confiance. Pour le reste, il s’agira «d’un accord au cas par cas», précise le texte de l’accord.

Il permet aux conservateurs d’envisager désormais sereinement le vote de confiance sur le programme gouvernemental prévu jeudi au Parlement.

Cette alliance avec le petit parti ultra-conservateur, opposé au mariage homosexuel et à l’avortement, inquiète au Royaume-Uni comme en Irlande. Des élus ou ex-élus du parti, adeptes de courants créationnistes comme la Caleb Foundation, se sont prononcés en faveur de la peine de mort, de l’internement des catholiques et ont mis en doute le changement climatique.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Guy Vandevelde, lundi 26 juin 2017, 15:18

    Tout s'achète et tout se vend désormais, avec l'argent des autres...

  • Posté par Etienne Van den Eeckhoudt, lundi 26 juin 2017, 13:21

    Il faut passer à la caisse pour se payer des alliés et disposer d'une courte majorité.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une