Accueil Belgique Politique

Samusocial: Pascale Peraïta ne veut pas répondre aux questions de la commission d’enquête

L’avocat de l’ancienne présidente du CPAS de Bruxelles a adressé un courrier au bureau de la commission.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Ce mardi débutera la toute première commission d’enquête du parlement bruxellois. Elle vise à faire toute la lumière sur les jetons de présence perçus par plusieurs administrateurs de l’ASBL Samusocial, dont l’ex-bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur et l’ancienne présidente du CPAS de la Ville de Bruxelles, Pascale Peraïta.

Cette dernière a fait savoir, via un courrier d’avocat adressé au parlement qu’elle se présenterait au parlement (elle est obligée) mais qu’elle ne désirait pas répondre aux questions, a-t-on appris en marge du bureau de la commission, qui s’est réuni ce lundi après-midi. La socialiste a fait valoir son « droit au silence », dans la mesure où une instruction a été ouverte par le parquet de Bruxelles.

« Sabotage »

Une nouvelle que déplore le député Ecolo Alain Maron : «  Cela ne va pas qu’une des protagonistes principales de l’affaire puisse mener une opération de sabotage du travail de la commission d’enquête. C’est important qu’elle vienne. La commission ne mènera pas le même travail que le juge d’instruction. Notre objectif n’est pas de trouver des fautes pénales mais de faire toute la lumière. »

Par ailleurs, Pascale Peraita a également démissionné de son mandat de conseiller communal à la Ville de Bruxelles, a affirmé lundi, le premier échevin de la Ville de Bruxelles, Alain Courtois(MR) qui préside la première longue séance du conseil.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Temmerman Martine, mercredi 28 juin 2017, 14:50

    Seule question qui se pose : "Est-elle OBLIGEE de parler. Si négatif, c'est son choix de décider de la tactique de défense. La "commission" appréciera et en tiendra compte. Je lui souhaite un jugement honnête mais le plus sévère possible...

  • Posté par Eeman Philippe, lundi 26 juin 2017, 19:54

    Plus prompte à se servir royalement des deniers publics et de dons que d'avoir le courage de s'expliquer, la lâcheté rejoint l'ignominie...

  • Posté par Remi Baeyens, lundi 26 juin 2017, 19:16

    Je ne suis pas juriste, mais j'estime que si elle n'a rien à se reprocher, je ne vois pas pourquoi elle refuserait de se présenter devant la commission. Pourquoi les généreux donateurs privés ne déposent pas plainte pour détournement de fonds. La région pourrait aussi déposer plainte.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une