Accueil Société Régions Hainaut

Charleroi: la ville externalise son service propreté

L’intercommunale ICDI vient de mettre en place un nouveau secteur d’activité : la propreté publique. En plus de la collecte des déchets, elle va prendre en charge le nettoiement de l’espace urbain. Le personnel communal y sera transféré sur base volontaire.

Temps de lecture: 3 min

En région de Charleroi, l’intercommunale de collecte et de destruction des immondices (ICDI) se prépare à relever un défi qu’en Belgique, aucune communauté de communes n’a encore osé se lancer : mutualiser la gestion de la propreté publique pour en dégager des plus-values opérationnelles et des économies d’échelle. En France, le modèle est courant. Paris, Lyon, Bordeaux et de nombreuses autres villes l’ont choisi : un seul opérateur se charge d’évacuer les déchets et de nettoyer l’espace public.

Ce lundi, le conseil communal de Charleroi a marqué son accord au démarrage de l’expérience, qui intéresse 9 des 14 entités de la zone pour un total de plus de 350.000 habitants. Cette décision marque l’aboutissement d’une réflexion initiée voici deux ans. « Elle imposait trois préalables, rappelle l’échevin de la Propreté Cyprien Devilers (MR) :   efficacité renforcée, neutralité budgétaire et maintien du personnel et des outils dans le périmètre public. » Et selon lui, « les trois conditions sont remplies pour organiser le transfert du personnel sur base volontaire ». Avec des incitants financiers à l’appui. Dans ce cadre, des entretiens individuels s’étaleront de juillet à octobre. Objectif : finaliser 68 recrutements pour la fin de l’année, l’ambition étant de démarrer le 1er janvier.

Comme l’observe le directeur général de l’ICDI Olivier Bouchat, « c’est au départ d’un diagnostic établi par la société Comase que le projet a pris forme : face à l’état des lieux dressé, avec une confusion entre « prévention de la propreté » et « gestion des déchets », du matériel sous-utilisé, l’absence de données de management et un manque d’approche intégrée en matière de répression, il est très vite apparu qu’une mutualisation des moyens et des savoir-faire présentait de l’intérêt. »

Un nouveau secteur a été créé au sein de l’ICDI. La voie juridique est donc libre. A Charleroi, l’ICDI prévoit dans un premier temps la reprise de l’ensemble des activités de prévention et de nettoiement de l’intra-ring (balayage mécanisé et manuel, vidage des corbeilles publiques, évacuation des dépôts clandestins), et uniquement la prévention et le balayage mécanisé dans le reste de l’entité.

La ville participera à la capitalisation de ce nouveau secteur de l’intercommunale par des apports d’équipement. Dans les deux à trois années suivantes, la phase deux permettra d’étendre le concept à toute l’entité.

Ecolo y voit l’échec du projet de la majorité d’améliorer significativement la propreté. « Cela fait dix ans que la Ville en a fait une priorité », pointe Xavier Desgain. Les verts estiment aussi que cette externalisation va encore éloigner du citoyen un service de proximité. Absente de la séance publique, Sofie Merckx (PTB) craint comme Ecolo que ce transfert de pouvoirs, hormis la répression qui restera dans le giron communal, complique la mission de contrôle.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo