La couche d’ozone à nouveau menacée, selon une étude

© AFP
© AFP

La couche d’ozone, qui se remet doucement depuis que le protocole de Montréal (1987) a interdit les gaz CFC, se trouve de nouveau menacée, cette fois par un composé chimique utilisé dans les décapants pour peinture et venurs, dégraissant industriel et pour décaféiner le café, met en garde une étude mardi.

Les niveaux de chlorure de méthylène (ou dichlorométhane), un composé non concerné par l’interdiction actée à Montréal, augmentent rapidement dans la stratosphère, menaçant de retarder le retour à la normale de la couche d’ozone, alerte l’étude publiée dans Nature Communications.

Une situation préoccupante

Bien que «modeste à l’heure actuelle, l’impact du dichlorométhane sur l’ozone a crû nettement ces dernières années», écrit l’équipe de chercheurs américains et britanniques. «Une croissance continue contrerait une partie des gains permis par le protocole de Montréal», ajoutent-ils. La couche d’ozone forme un bouclier gazeux, entre 10 et 50 km d’altitude, protégeant la Terre des rayons solaires ultraviolets.

Selon ces recherches, le niveau de dichlorométhane dans la stratosphère a quasiment doublé depuis 2004. Si cette croissance devait se poursuivre, elle pourrait retarder de dix ans la récupération de l’ozone au-dessus de l’Antarctique — là où le «trou» était le plus alarmant.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

  2. 494162 (2)

    Svetlana Aleksievitch, autrice de «Tchernobyl»: «La série a le mérite d’avoir réveillé la conscience environnementale»

  3. Recruteurs ONG | ECONOMIE

    Recruteur de dons en rue: un business loin du bénévolat

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite