Accueil Monde Proche-Orient

Israël: Netanyahou multiplie les concessions aux ultra-orthodoxes

Le Mur des Lamentations à Jérusalem est devenu lundi l’épicentre d’une polémique politico-religieuse après l’abandon par le Premier ministre d’un accord prévoyant des prières mixtes d’hommes et de femmes sur le site le plus sacré du judaïsme. La décision fâche les Juifs de la diaspora, notamment aux Etats-Unis.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Depuis Tel-Aviv

La polémique fait rage en Israël après l’annulation, dimanche, par le gouvernement de Binyamin Netanyahou d’un accord conclu en janvier 2016 par lequel les Juifs non orthodoxes désireux de pratiquer un rituel différent se voyaient octroyer un espace séparé le long du mur des Lamentations, afin de pouvoir prier à leur manière.

Minoritaire au sein du monde juif, le courant ultra-orthodoxe bénéficie pourtant du monopole des questions religieuses dans l’Etat hébreu. Il impose donc sa loi au « Kotel » (le mur des Lamentations) en obligeant les hommes et les femmes à y prier séparément. Confinées dans un espace plus étroit que celui de leurs coreligionnaires masculins, celles-ci doivent aussi porter des vêtements couvrant leurs épaules ainsi qu’un couvre-chef. En outre, elles ne peuvent pas prier à haute voix.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Denis Jean-pierre , mercredi 28 juin 2017, 19:48

    Mais ce serait, malgré tout, une démocratie.mdr

Aussi en Proche et Moyen-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs