Affaire Grégory: Murielle Bolle, un témoin clé de l’époque, placée en garde à vue

Affaire Grégory: Murielle Bolle, un témoin clé de l’époque, placée en garde à vue

Murielle Bolle, 48 ans, témoin clé dans l’enquête sur la mort en 1984 du petit Grégory, victime à quatre ans d’un meurtre jamais élucidé, a été interpellée mercredi à son domicile de Granges-sur-Vologne (est de la France), a-t-on appris de source proche du dossier.

Les gendarmes sont arrivés à son domicile en fin de matinée, à bord de sept véhicules, ont constaté sur place des journalistes de l’AFP. Mme Bolle a été aussitôt placée en garde à vue, a-t-on précisé de source proche du dossier.

Agée de 15 ans à l’époque des faits, Murielle Bolle avait affirmé avoir vu son beau-frère, Bernard Laroche, emmener l’enfant dans sa voiture, mais s’était ensuite rétractée. Le petit Grégory avait été retrouvé mort, pieds et poings liés, dans un cours d’eau.

Bernard Laroche, premier suspecté dans cette affaire, une des plus énigmatique de l’histoire criminelle française, avait été interpellé puis remis en liberté en 1985, avant d’être tué par le père de Grégory, Jean-Marie Villemin.

Les soupçons de la justice s’étaient alors reportés sur la mère de Grégory, définitivement innocentée par la justice au début des années 1990.

Cette affaire de haines familiales et de lettres anonymes dans une vallée rurale de l’est de la France a connu en juin un spectaculaire rebondissement, 32 ans après les faits.

Un logiciel d’analyse criminelle, utilisé pour résoudre les «cold cases», a permis de reconstituer la chronologie avant et après le crime et de pointer des incohérences qui avaient jusque-là échappé aux enquêteurs.

Le grand-oncle et la grand-tante de Grégory, Marcel et Jacqueline Jacob, tous deux septuagénaires, ont été mis en examen pour l’enlèvement et la séquestration du petit Grégory.

Interpellés, placés quatre jours en détention, puis libérés sous contrôle judiciaire, ils résident depuis une semaine dans des endroits séparés, tenus au plus strict secret. Le couple a nié toute implication.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Manifestation de «
gilets jaunes
» israéliens, en décembre 2018, contre le coût de la vie élevé au centre de Tel-Aviv
: le thème de la pauvreté ne fait guère recette dans l’actuelle campagne électorale.

    Israël: la pauvreté, grande absente de la campagne électorale

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite