Boitsfort: mariage entre le MR et Gestion municipale

Dans cet article

La fin de la législature risque d’être sous haute tension à Watermael-Boitsfort. Le MR a décidé de s’allier au groupe Gestion municipale (GM). Or, les deux partis sont actuellement dans la majorité avec Ecolo et le CDH. S’ils ont décidé de former une liste commune, c’est avant tout pour changer les rapports de force après octobre 2018.

Actuellement, le MR dispose de deux postes: l’échevinat du Commerce porté par Emmanuel Cisey et la présidence du CPAS avec David Leisterh. GM en a également deux avec l’échevinat des Travaux publics de Cécile Van Hecke et celui des Sports avec Jan Verbeke. En 2012, GM s’était associé au CDH local qui détient le poste d’échevin des Finances en la personne d’Alain Wiard. Mais l’ambiance n’est pas au beau fixe entre les anciens amis. La communication passe mal et si les dossiers communaux continuent d’avancer, GM ne souhaite pas porter un nouveau projet avec les humanistes.

« La colle n’a pas bien pris, explique Cécile Van Hecke. Depuis un an, nous discutons avec le MR et nous avons trouvé des points communs dans la gestion locale. Nous travaillons dans le respect de nos membres mais nous verrons le résultat des élections. Quant au collège actuel, je pense que nous continuerons à travailler en bonne entente car nous sommes tous des adultes responsables voulant le bien de la commune. »

David Leisterh, tête de liste

La tête de liste sera donc le président du CPAS, David Leisterh. « Nous avons cette volonté de proposer une meilleure gouvernance et un projet qui aille au-delà de 2018. Nous voulons une plus grande participation de la société civile dans la gestion publique et c’est également le message de GM. C’est dans l’air du temps. »

Cécile Van Hecke sera deuxième. Sur le reste de la liste, se retrouveront des candidats libéraux, des GM et des indépendants issus de la société civile comme des médecins, des ouvriers, des commerçants.

Le nouveau groupe peut se baser sur 6 élus actuellement sur 27 conseillers communaux et il espère augmenter ce score ce qui pourrait permettre un renversement de la majorité actuelle même si rien n’est encore fait. Mathématiquement, GM renforce le MR même si la tête de liste revient aux libéraux.

Côté projet, quatre axes ont été choisis. Le premier concerne l’augmentation de la démocratie participative. « Watermael-Boitsfort y est déjà habituée, commente David Leisterh. Nous voudrions la pousser plus loin en mettant en place des conseils de quartier qui pourraient être renouvelés tous les ans pour que toutes les voix soient entendues. » On retrouve ensuite la préservation du côté village puis le renforcement de la connexion intergénérationnelle et enfin la question du logement qui doit rester accessible pour tous les Boitsfortois.

«Les réunions ont bien eu lieu»

Le bourgmestre de Watermael-Boitsfort, Olivier Deleuze (Ecolo), n’a pas attendu la tenue du conseil communal de ce mardi soir pour répondre à l’interpellation du conseiller de l’opposition, Michel Colson (Défi), par rapport à la transparence des mandats (Le Soir du 27 juin).

Michel Colson demandait que le bourgmestre respecte le règlement d’ordre intérieur du conseil communal et que se tiennent des commissions durant lesquelles les membres du collège ayant des mandats dans des intercommunales expliquent leur fonction et ce qui s’y passe.

« Les réunions se sont tenues les 17 décembre 2015 et 21 novembre 2016 avec l’ERIp et Hydrobru à l’ordre du jour, se défend Olivier Deleuze. Par contre, ce qui est vrai, c’est que Monsieur Michel Colson n’était pas présent. Quant au fait que cela se fasse en commission et non en séance plénière du conseil communal a été décidé à l’unanimité, à savoir 27 positifs sur les 27 votants. » La campagne pour les élections communales est donc ouverte.

Sur le même sujet
ÉlectionsGeneral Motors
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. TransportEnergie-100

    Energie: les communes wallonnes veulent s’unir pour se défendre face à la Flandre

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite