Cyberattaque: au moins 5 entreprises belges concernées

© Jonas Gilles
© Jonas Gilles

Une cyberattaque de grande envergure a touché le monde entier mardi, en commençant par l’Ukraine et la Russie, forçant le géant pétrolier Rosneft à passer sur un serveur de secours et la centrale nucléaire Tchernobyl à passer à un système manuel de mesure de la radioactivité.

Au lendemain de l’attaque, certaines entreprises belges sont maintenant touchées. L’agence de publicité These Days, filiale du groupe de communication britannique WPP, est concernée ainsi que l’entreprise pharma MSD, filiale de Merck, première entreprise atteinte sur le sol américain. Selon le quotidien De Tijd, l’entreprise alimentaire Mondelez a aussi été confrontée à des problèmes informatiques.

La filiale belge de courrier express TNT est également victime de cette cyberattaque, via une faille de Windows. « Cela a eu des répercussions dans le centre de tri TNT/Fedex situé à l’aéroport de Bierset (Liège) », indique une porte-parole mercredi matin. Au total, 100.000 colis n’ont pas pu être délivrés.

Pour l’instant, les petites entreprises ne sont pas concernées. «Il ne s’agit que de grandes entreprises qui disposent d’un réseau mondial», souligne mercredi le directeur du Centre pour la cybersécurité (CCB), Miguel de Bruycker. «Aucune petite entreprise ni aucun civil n’a été touché par cette cyberattaque», ajoute-t-il. Le directeur confirme que cinq sociétés au moins ont été touchées en Belgique. «Nous menons encore l’enquête sur d’autres entreprises. Nous devons vérifier si elles sont touchées par la même infection virale ou par un autre virus.»

Dans le reste de l’Europe, le transporteur danois Maersk a été sujet à l’attaque paralysant ainsi le terminal APM de Zeebruges. En France, le fabricant du verre Saint-Gobain a confirmé à BFM Business être également concerné par cette cyberattaque. Aucun site officiel de l’entreprise n’est accessible. La SNCF a également été touchée avant de confier mardi soir que la menace était «  contenue  » et que «  les opérations de l’entreprise ferroviaire n’étaient pas affectées  ».

En Allemagne, les employés de l’entreprise Nivea ont été forcés de cesser le travail et de rentrer chez eux, le système étant complètement à l’arrêt. Le courant a également été coupé dans les entreprises de biscuits Lu et Oreo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite