Anderlecht annonce via communiqué qu’il... n’engagera pas Clinton Mata

Anderlecht annonce via communiqué qu’il... n’engagera pas Clinton Mata
Photonews

«Le RSC Anderlecht continue à développer l’équipe première afin d’être armé pour réaliser ses objectifs de la saison à venir. C’est pourquoi le club a décidé de ne pas engager Clinton Mata», peut-on en effet lire dans ce communiqué.

Il existait pour rappel un accord à hauteur de 3,5 millions hors bonus entre les deux clubs concernés par cet éventuel transfert. Il ne manquait plus que celui de l’international angolais, qui a sans doute trop tardé aux yeux des décideurs anderlechtois.

«Le RSCA lui souhaite beaucoup de réussite dans la suite de sa carrière», conclut le communiqué. Reste à savoir où, sans doute en France ou en Angleterre.

A moins qu’il ne s’ajoute quand même finalement à la liste des renforts anderlechtois comprenant déjà Matz Sels (Newcastle), Sven Kums (Watford) et Pieter Gerkens (Saint-Trond), tandis qu’Henry Onyekuru, qui devrait être transféré de l’AS Eupen à Everton, pourrait apparemment aussitôt revenir en Belgique en prêt, et plus précisément au Stade Constant Vanden Stock.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les succès électoraux des partis anti-système et d’extrême droite qui fleuri un peu partout en Europe laissait présager une vague eurosceptique au Parlement européen en mai prochain.

    Élections européennes: le Parlement échapperait au tsunami populiste

  2. En fait de «
majorité alternative
», le gouvernement Michel en affaires courantes reçoit surtout le soutien du parti nationaliste flamand.

    La suédoise est morte, mais elle ressuscite régulièrement au Parlement

  3. A 54 ans, l’institutrice Patricia Lhoest n’a rien perdu  de son enthousiasme.

    Les inégalités scolaires se (dé)jouent dès la maternelle

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite