Sept nouvelles recrues présentées à Saint-Trond

Sept nouvelles recrues présentées à Saint-Trond
Belga

Le gardien de 17 ans, Marten Schevenels et le Franco-portugais de 25 ans Fabien Antunes étaient les deux premières recrues des Canaris. Schevenels vient du Racing Genk et Antunes est un back gauche qui vient d’Ostende

Agé de 24 ans, Jordan Botaka vient de Leeds United. L’ailier était encore prêté par Charlton il y a un an, mais cette saison il veut passer un palier en signant un contrat de trois ans au Stayen.

Babacar Gueye est prêté pour une saison par le club allemand d’Hanovre 96. La saison dernière, il jouait encore au Graverbeek avec Zulte-Waregem, mais il a choisi le projet des Canaris pour cette saison. Gueye a 22 ans et est un attaquant. STVV a une option d’achat.

Notre duo grec, Charisis – Kitsiou, va jouer une saison pour STVV. Ils viennent tous les deux du PAOK Salonique. Charilaos « Charis » Charisis a 22 ans et est un milieu axial. Stelios Kitsiou, 23 ans, est un back droit.

Le dernier venu est une vieille connaissance : Igor Vetokele. L’attaquant est donc de retour après avoir été prêté une demi-saison par Charlton en 2016. Il a marqué 8 buts la saison dernière.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite