Wimbledon: Bemelmans à une victoire du tableau final

Wimbledon: Bemelmans à une victoire du tableau final
News

ok,Ruben Bemelmans (ATP 124) s’est imposé au deuxième tour des qualifications des Internationaux de tennis de Grande-Bretagne sur le gazon de Wimbledon, mercredi. En cas de victoire contre l’Autrichien Gerald Melzer au dernier tour, le Limbourgeois intègrera le tableau final de Wimbledon pour la 5e fois.

Bemelmans, 29 ans, douzième tête de série des qualifications, a pris la mesure du Français Mathias Bourgue (ATP 149) sur le score de 6-4, 3-6, 6-3 après 1 heure et 46 minutes de jeu.

Au troisième et dernier tour des qualifications, Bemelmans sera opposé à l’Autrichien Gerald Melzer (ATP 144). Les deux joueurs ne se sont jamais affrontés sur le circuit.

De Loore rejoint Bemelmans

Joris De Loore (ATP 197) s’est imposé au deuxième tour des qualifications des Internationaux de tennis de Grande-Bretagne sur le gazon de Wimbledon, mercredi.

De Loore, 24 ans, a battu le Slovaque Jozef Kovalik (ATP 159) sur le score de 3-6, 7-5, 6-3 après 1 heure et 51 minutes de jeu. Le Belge attend son adversaire au dernier tour.

Kimmer Coppejans (ATP 178) et Yannik Reuter (ATP 241) avaient été éliminés au premier tour. Steve Darcis (ATP 59) est dans le tableau final alors que David Goffin (ATP 13), blessé à la cheville à Roland Garros, a été contraint de déclarer forfait.

Chez les dames, Alison Van Uytvanck (WTA 98) s’est qualifiée pour le deuxième tour, prenant facilement la mesure de la jeune Britannique de 19 ans, Gabriella Taylor (WTA 283), 6-0, 6-2.

Elise Mertens (WTA 56), Kirsten Flipkens (WTA 86) et Yanina Wickmayer (WTA 95) sont directement dans le tableau final dont le tirage au sort aura lieu vendredi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

  • Fred Hemmes, au bord du court, pour donner des instructions directement à Kim Clijsters
: c’est une première à Dubaï
!

    Par Yves Simon et Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Le tournoi de Dubaï innove avec du coaching aussi en tribunes

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite