Froome se livre avant le début du Tour: «Porte sera l’homme à battre»

Froome se livre avant le début du Tour: «Porte sera l’homme à battre»
News

Chris Froome, votre début de saison en demi-teinte est-il une source d’inquiétude ?

Non. Je suis exactement là où je voulais être au niveau de ma forme. Volontairement, j’ai commencé la saison plus calmement. L’an dernier avait été difficile avec l’enchaînement Tour, JO et Vuelta. Avoir moins couru me permet d’arriver plus frais. Le Dauphiné, c’était juste ce qu’il me fallait pour retrouver un bon rythme. Les sensations sont bonnes sur le vélo. Je me sens très bien. Tactiquement aussi c’est une course qui a permis de nous mettre au point dans la perspective des trois prochaines semaines. Concernant ma condition par rapport à celle de mes rivaux, on aura déjà une idée lors de l’étape de mercredi à La Planche des Belles Filles. Même si la pente est courte (NDLR : 6 km), on aura déjà une idée. Mais les données récoltées à l’entraînement et mon sentiment sur le vélo ces derniers jours me montrent que je suis prêt pour ces trois semaines.

La confiance est donc de mise ?

Quand on a déjà gagné trois Tours et que l’on arrive en bonne condition, on se doit d’être confiant, oui. Même si je suis conscient que la course sera beaucoup plus ouverte que les années précédentes.

Pourquoi ?

Déjà parce que le niveau de mes adversaires s’est élevé. Je pense à Richie Porte qui sera peut-être l’homme à battre. Il est en forme et en confiance. Je ne négligerai pas non plus Jakob Fuglsang qui a montré au Dauphiné qu’il sera un adversaire redoutable. Ensuite, le parcours me convient moins bien que les autres années. J’ai souvent bâti mes succès dans la montagne. Il y a cette fois moins d’arrivées au sommet. Et puis, ce parcours a clairement été dessiné pour les attaquants, les coureurs « agressifs ». Cela pourrait avoir une incidence sur la course. Il ne faudra se louper sur aucune étape

Êtes-vous toujours en confiance au sein de la formation Sky suite à la polémique sur les « autorisations à usage thérapeutique » et l’usage « présumé » de stéroïde ?

Je n’ai aucun problème de confiance envers les coureurs qui m’entourent ou l’encadrement. J’ai participé depuis longtemps à la construction de cette équipe et je n’ai jamais rien vu de répréhensible.

Qu’en est-il des spéculations sur votre futur ?

Je finalise une prolongation pour les prochaines années, jusqu’en 2021. Je veux essayer de rejoindre ces coureurs qui ont gagné cinq fois. Ils font partie de l’histoire du Tour, c’est un objectif pour moi d’essayer d’en faire partie. Et Sky me permet de croire en ce rêve. Mais bon, essayons déjà de décrocher un quatrième succès. Ce serait un accomplissement incroyable.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite