Tim Wellens aborde le Tour avec des ambitions plus mesurées

Tim Wellens aborde le Tour avec des ambitions plus mesurées
Belga

Le Limbourgeois de Lotto-Soudal n’a pas été des plus heureux lors de sa 1e expérience en 2015. La saison dernière, il a préféré courir le Giro, où il a enlevé une étape. Il revient sur la Grande Boucle. « J’en ai envie », reconnaît Wellens.

Il était arrivé sur le Tour 2015 avec de grandes ambitions, gagner notamment une étape. Loin de la condition qu’il espérait, rien n’a marché pour lui. Un surentraînement en altitude a eu raison de lui. « J’ai tiré les leçons de 2015. Je me suis entraîné moins intensément et pris une autre manière d’appréhender l’événement. Ce devrait être payant. »

Wellens reste ambitieux, lui qui a signé trois succès cette année. Un succès d’étape reste son Graal. « Aujourd’hui, je dis juste que je vais essayer de gagner une étape. Je sais que ce n’est pas facile et j’ai déjà étudié à fond le roadbook. Il y a 21 étapes. Il est difficile de prédire où on veut frapper. Il y a des occasions. Je veux les saisir. Espérons que je réussirai à figurer dans une échappée qui ira jusqu’à l’arrivée et alors on verra bien. »

Le plus redoutable adversaire de Wellens sera peut-être la chaleur. Il a testé au Tour de Suisse un médicament contre l’allergie au soleil. « J’ignore si cela m’a aidé. Il n’y a eu qu’un seul jour de chaleur accablante. Donc, il est difficile de dire s’il a eu des effets ou pas. C’est un problème complexe et j’espère que je ne vais pas trop en souffrir dans ce Tour.  »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite