Les bons plans de l’été: des rooftops pour prendre de la hauteur

Panorama du bar Wiels. © D.R.
Panorama du bar Wiels. © D.R.

Le Panorama Bar du Wiels (photo)

Chouette, un nouveau venu ! Direction Forest où la terrasse en hauteur du centre d’art contemporain Wiels a ouvert depuis le mois de mars. Un beau programme d’activités est prévu tout l’été pour les 10 ans du bâtiment.

Du mardi au dimanche de 11 à 18h avec des événements les samedi et dimanche. www.wiels.org

« Viens voir là-haut » au Viage

« J’peux pas, j’ai piscine ! », le rendez-vous très couru l’an passé au Jam Hôtel aura lieu cet été tout en haut du Grand Casino Brussels Viage sous la dénomination « Viens voir là-haut ». Un beau jardin urbain aménagé avec l’architecte Michel Penneman.

Tous les jeudis à partir de 17h. www.viage.be

Le Brewdog en face de la gare centrale

Le Brewdog propose les bières de la brasserie artisanale écossaise du même nom. On y va pour l’ambiance vintage de cet ancien Air terminus de la Sabena. Agréable et différent.

Tous les jours, de 11 à 1h. https ://brewdog.be

Play Label Rooftop au bowling Crosly

C’est le rooftop branché de la musique électronique et house ! Les soirées de beau temps, la lumière y est dingue et on en profite dans des chaises longues.

Du mercredi au dimanche, à partir de 17h. www.playlabelrecords.be

Le Beurschouwburg à la Bourse

Une vue aérienne sur le centre bruxellois et Out Loud, un programme culturel et musical solide, qui fête ses 10 ans cette année, ça bouge en haut du centre culturel flamand. La nuit est à vous… et la journée aussi.

Du mercredi au samedi, à partir de midi. www.beursschouburg.be

Henri & Agnès du côté du quartier européen

Un rooftop bien tranquille. Du lundi au vendredi, c’est take-away sur le toit au 5e étage. Les propositions food sont à tomber.

Du lundi au vendredi de 11h30 à 15h. www.henrietagnes.com

Mais aussi…

La terrasse du Vooruit à Gand, après ou avant un concert, lieu perché, temps suspendu.

Le Skybar à Anvers, tout près de la gare Centrale, sur le toit du Lindner Hotel, la vue est belle et l’endroit classy.

Le panorama du MAS à Anvers où on ramène son pique-nique qu’on déguste à même le sol sur une couverture prêtée par le musée.

L’atelier du Selys et sa brasserie perchée dont la terrasse de 100 places offre une vue panoramique sur la ville de Liège.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise la majorité bruxelloise

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite