Accueil Société Régions Bruxelles

Les bons plans de l’été: plongée bouteilles ou en apnée? Le match!

Si la plongée classique séduit de nombreux pratiquants depuis des décennies, l’apnée effectue une percée ces dernières années. Deux façons très différentes de pénétrer le monde du silence. Et si vous profitiez de l’été pour vous y mettre ?

Temps de lecture: 3 min

Etes-vous plutôt Cousteau ou Grand Bleu ? Si la plongée avec bouteilles et la plongée en apnée sont deux facettes d’une même activité sportive – l’exploration du monde sous-marin –, elles n’ont que peu de points communs. Citons les principaux : les deux permettent de s’affranchir de la pesanteur pour pénétrer un monde très différent du nôtre, peuplé de créatures fantastiques. Et les deux sont des sports très techniques qui ne laissent pas place à l’erreur. Elle peut être fatale.

La première différence est liée au matériel nécessaire. Autant le plongeur classique est chargé comme un baudet – combinaison, gilet stabilisateur, bouteille, détendeur, palmes, masque et tuba… –, autant l’apnéiste peut se sentir léger comme un poisson dans l’eau. Il lui suffit des palmes, du masque et du tuba pour se jeter à l’eau, avec la combinaison en option si l’eau est froide ou s’il veut descendre profond.

Vient ensuite la question de la profondeur accessible selon les techniques et, donc, de la pression que peuvent supporter les plongeurs selon qu’ils plongent en respirant de l’air comprimé ou en retenant leur respiration. Sans entrer dans les détails techniques, les profondeurs accessibles aux plongeurs en bouteilles sont très réglementées par les qualifications et brevets imposés. La pression, qui augmente de 1 bar tous les 10 m sous l’eau, impose à l’organisme des échanges gazeux qui obligent à maîtriser constamment la profondeur, la vitesse de remontée et les paliers de décompression. Dans la mesure où l’apnéiste ne modifie pas la pression de l’air dans ses poumons par rapport à son environnement, il peut à la fois descendre plus bas – les records sont établis au-delà des 100 m de profondeur – et remonter plus rapidement.

Mais c’est surtout sur le plan des sensations que l’apnée se démarque de la plongée traditionnelle. Arrêter de respirer pendant quelques minutes – rassurez-vous, cela vient très vite –, c’est accepter un vrai lâcher prise et mettre son corps au ralenti pour communier avec le monde sous-marin. On ressent très rapidement un état de zénitude comparable à celui que peut procurer le yoga, par exemple. Un sentiment renforcé par l’absence de bruit, contrairement à la plongée en bouteille où domine constamment celui de votre respiration et des bulles qu’elle provoque à chaque expiration. Malheureusement, cette plénitude est de courte durée. Avec des bouteilles, on peut facilement tenir plus d’une heure sous l’eau. En apnée, on ne tient que quelques minutes.

Stages et formation à l’apnée ou à la plongée chez Nemo33

www.nemo33.com – Tél : 02-332 33 34 ou chez DSM

www.diving-scuba-marine.com – Tél : 02-215 07 72.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo