Accueil Opinions Chroniques

Quand l'Europe piétine ses valeurs démocratiques

Les valeurs européennes de démocratie et de droits de l’homme devraient guider la politique étrangère de l’Union. Mais bien souvent, c’est le pragmatisme qui l’emporte.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

B ien entendu, nous ne ferons rien  ». La formule du ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand en 1981, au moment du putsch du général Jaruzelski en Pologne, est entrée dans les annales de la diplomatie. Mais aujourd’hui, «  bien entendu, nous ne ferons et ne dirons rien  » non plus, à propos du prix Nobel de la Paix 2010, le dissident chinois, Liu Xiaobo, qui vient de «bénéficier» d’une libération conditionnelle en raison de son état de santé  : un cancer du foie en phase terminale. «  Nous ne ferons et ne dirons rien, ou le moins possible  », en faveur du blogueur saoudien Raif Badawi, en prison depuis 2012 et condamné à 1.000 coups de fouet pour apostasie.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par stals jean, vendredi 30 juin 2017, 14:23

    Je me suis piqué l’oreille gauche pour m’assurer que je ne rêvais pas. Que dans cette nouvelle chronique marthozienne publiée par le groupe Rossel, il soit aussi question de « Démocratie » made in UE en l’occurrence, qui s’exporte en définitive moins bien que les Hamburgers. Ce à quoi je souscris sans réserve aucune. Je me suis quand même demandé, combien de lecteur du Soir + , eux aussi souscriront à ce constat, et mieux, réagiront ? Je m’évertue, sans désemparer par de bien modestes commentaires, ou via les réseaux sociaux, tant que ce soit encore possible, à dénoncer les groupes de presses et autres médias tous supports confondus, qui contribuent si justement à vendre des « hamburgers » plutôt que de la « démocratie »… Cette « démocratie » à la Dassault, ce presque centenaire, politicien, propriétaire multimilliardaire d’une multinationale de l’armement, comme des dizaines d’autres oligarques multimilliardaires de multinationales de bien d’autres secteurs d’activités connues ou moins bien connues, et c’est bien sur, également propriétaires de médias tous supports confondus, me donne à penser qu’il y a quelque chose d’éminemment pervers dans le chef de ces patrons de presse la, d’accorder pareil blanc-seing à des chroniqueurs du moment qu’ils n’ont pas choisi le camp de Michel Onfray ou de Natacha Polony. . Nager parmis les requins, c’est tout un art, c’est même un vrai métier…Je ne sais plus qui a parait-il dit un jour « à vaincre sans péril on triomphe sans gloire »…

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs